Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 24 novembre |
Saints Martyrs du Vietnam
home iconActualités
line break icon

Avortement : les raisons pour lesquelles le Collège des gynécologues s’oppose à l’allongement du délai légal

KOBIETA W SZPITALU

pdsci | Shutterstock

Mathilde de Robien - Publié le 06/10/20

Alors que les députés ont adopté en commission le 30 septembre une proposition de loi visant à prolonger l’accès à l’IVG de 12 à 14 semaines de grossesse, le Collège national des gynécologues-obstétriciens français (CNGOF) a ouvertement exprimé son désaccord dans un communiqué publié le 1er octobre.

Société savante dont l’objectif est le développement et le progrès « sous toutes leurs formes » de la gynécologie et de l’obstétrique, le CNGOF prend fermement position contre la proposition de loi adoptée le 30 septembre par la Commission des Affaires Sociales de l’Assemblée Nationale, destinée à renforcer le droit à l’IVG. Le texte, porté par la députée du groupe Écologie démocratie solidarité (EDS) Albane Gaillot, et qui a le soutien de la majorité, comporte trois articles : l’allongement du délai légal d’accès à l’IVG de 14 à 16 semaines d’aménorrhée, la suppression de la clause de conscience spécifique à l’IVG et l’ouverture du droit pour les sages-femmes de pratiquer des IVG chirurgicales jusqu’à 12 semaines d’aménorrhée.

Le CNGOF, qui se déclare « préoccupé par la santé, le bien-être et la liberté des femmes, conformément à l’esprit de la loi Veil, qui ne faisait pas de l’IVG un moyen de contraception », affirme que « loin d’améliorer les droits des femmes dans notre pays », cette proposition de loi va « contribuer à les détériorer ».




Lire aussi :
L’avortement, un mode de contraception comme un autre ?

Désaffection importante des professionnels de santé

En 2001, lors du précédent allongement de 12 à 14 semaines d’aménorrhée, 30% des gynécologues avaient alors cessé de participer aux IVG. « Le précédent allongement du délai n’est toujours pas accepté par nombre de ces professionnels qui refusent encore de les pratiquer », souligne le CNGOF. Rallonger le délai de recours légal, c’est risquer de provoquer à nouveau « une désaffection importante des professionnels de santé qui réalisent aujourd’hui ces gestes ». Les professionnels dénoncent « une certaine forme d’indifférence des parlementaires à la réalité de gestes qu’ils ne connaissent pas ». Un écart entre l’idée de l’IVG et sa réalité, bien illustré par ailleurs par le film Unplanned, sorti le 1er octobre dernier.

Un geste « dangereux » et « choquant »

Pour appuyer son point de vue, le CNGOF ne mâche pas ses mots quant à la réalité d’une IVG et évoque sans fard le développement du fœtus lors de ces deux semaines qui font débat : « Le geste d’IVG chirurgicale entre 14 et 16 SA (semaines d’aménorrhée) n’a rien à voir avec ce qu’il est à 14 SA où une aspiration du contenu utérin suffit. A 14 SA la longueur cranio caudale est de 85mm. A 16 SA, elle passe à 120 mm et la tête fœtale est désormais ossifiée. Pour la faire sortir de l’utérus, il faut donc l’écraser avec une pince spéciale, geste de dilacération fœtale qui est non seulement dangereux mais dont on peut comprendre qu’il puisse être choquant pour la majorité des praticiens sans qu’il n’y ait dans cette réticence une quelconque connotation religieuse ou morale. » Une manière de faire comprendre au grand public et aux parlementaires ce qui serait désormais demandé aux médecins.

Quelle solution ?

Selon le CNGOF, rallonger le délai légal n’est pas une solution : « Aucune femme ne demande, ni n’espère, que l’IVG dont elle a besoin soit tardive ». Les médecins remettent en cause les jours, voire les semaines de délai, notamment dans les grandes métropoles, entre le moment où une femme demande à avoir recours à l’avortement et l’IVG elle-même. « Augmenter le délai légal parce qu’on n’a pas été capable de recevoir les femmes en demande d’IVG au moment de leur demande, est-ce améliorer le droit des femmes ? C’est au contraire leur proposer un geste lourd et dangereux là où il aurait été simple et moins risqué si on avait réagi tout de suite. Cet allongement du délai légal n’est pas dans l’intérêt des femmes que ce soit sur le plan psychologique ou physique ». Le texte sera présenté dans l’hémicycle le 8 octobre prochain.


in thought

Lire aussi :
Il y a eu 232.000 avortements en 2019, un record

Tags:
Avortement
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
La rédaction d'Aleteia
Célébrer le dimanche 22 novembre à la maison
La rédaction d'Aleteia
L'ultime enregistrement de Michael Lonsdale s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement