Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 27 janvier |
Sainte Angèle Merici
home iconAu quotidien
line break icon

L’astuce de Thérèse de Lisieux pour supporter patiemment les personnes ennuyeuses

Antonio Guillem I Shutterstock

Mathilde de Robien - Publié le 30/09/20

La sixième œuvre de miséricorde appelle les chrétiens à « supporter patiemment les personnes ennuyeuses ». La fête de sainte Thérèse est l’occasion de découvrir comment la carmélite de Lisieux parvenait à revêtir son manteau de patience lorsqu’une des sœurs de sa communauté l’agaçait profondément.

Dans la bulle d’indiction du Jubilé qui proclamait en 2015 l’année de la Miséricorde, le pape François rappelait les œuvres que l’Église propose à chacun afin de venir en aide à son prochain dans ses besoins corporels et spirituels. Les sept œuvres de miséricorde « corporelles » sont issues de la parabole du Jugement dernier (Mt 25,31), tandis que les sept autres, les œuvres de miséricorde dites « spirituelles », ont été transmises par une tradition qui trouve son origine dans les écrits des Pères de l’Église.

« J’ai un grand désir que le peuple chrétien réfléchisse durant le Jubilé sur les œuvres de miséricorde corporelles et spirituelles. (…) Redécouvrons les œuvres de miséricorde corporelles : donner à manger aux affamés, donner à boire à ceux qui ont soif, vêtir ceux qui sont nus, accueillir les étrangers, assister les malades, visiter les prisonniers, ensevelir les morts. Et n’oublions pas les œuvres de miséricorde spirituelles : conseiller ceux qui sont dans le doute, enseigner les ignorants, avertir les pécheurs, consoler les affligés, pardonner les offenses, supporter patiemment les personnes ennuyeuses, prier Dieu pour les vivants et pour les morts. » (Pape François, Misericordiae Vultus, 2015).

Revêtir le manteau de la patience

« Puisque vous avez été choisis par Dieu, que vous êtes sanctifiés, aimés par lui, revêtez-vous de tendresse et de compassion, de bonté, d’humilité, de douceur et de patience » (Col 3, 12), nous dit saint Paul. La patience est un vêtement à enfiler. Une belle image qui peut « s’ancrer dans nos esprits, devant une personne particulièrement pénible », comme le propose le père Ludovic Frère dans son Eloge de la patience (Artège). « Pensez à ce moment-là que vous revêtez le manteau de la patience et priez le Seigneur de recouvrir de sa douceur tous les autres sentiments qui vous gagnent : énervement, indifférence, dégoût peut-être ».

© Office Central de Lisieux

C’est ce vêtement de patience que sainte Thérèse revêtait pour supporter le tic d’une des sœurs du Carmel pendant l’oraison du soir. Voici l’épisode qu’elle raconte dans Histoire d’une âme :

« Aussitôt que cette sœur était arrivée, elle se mettait à faire un étrange bruit qui ressemblait à celui que l’on ferait en frottant deux coquillages l’un contre l’autre. Il n’y avait que moi qui m’en apercevais, car j’ai l’oreille extrêmement fine (un peu trop parfois). Vous dire, ma Mère, combien ce petit bruit me fatiguait, c’est chose impossible : j’avais grande envie de tourner la tête et de regarder la coupable qui, bien sûr, ne s’apercevait pas de son tic, c’était l’unique moyen de l’éclairer ; mais au fond du cœur je sentais qu’il valait mieux souffrir cela pour l’amour du bon Dieu et pour ne pas faire de peine à la sœur. Je restais donc tranquille, j’essayais de m’unir au bon Dieu, d’oublier le petit bruit… tout était inutile, je sentais la sueur qui m’inondait et j’étais obligée de faire simplement une oraison de souffrance, mais tout en souffrant, je cherchais le moyen de le faire non pas avec agacement, mais avec joie et paix, au moins dans l’intime de l’âme. Alors je tâchais d’aimer le petit bruit si désagréable ; au lieu d’essayer de ne pas l’entendre (chose impossible) je mettais mon attention à le bien écouter, comme s’il eût été un ravissant concert et toute mon oraison (qui n’était pas celle de quiétude) se passait à offrir ce concert à Jésus. »

Un chemin de sanctification

« La petite Thérèse ne s’est pas braquée sur ce qui l’empêchait de prier paisiblement », analyse le père Ludovic Frère. « Elle a revêtu sa prière de douceur et de patience, la rendant profondément christique ». La patience devient alors acte de charité et lieu de conversion. Un acte de charité comme l’a probablement fait Jésus lors de son passage sur terre et comme il le fait encore aujourd’hui. « Nous sommes engagés dans un chemin de foi où nous découvrons toujours davantage Jésus comme Celui qui patiente vis-à-vis de nous-mêmes ! », souligne le père Emmanuel Coquet. « On peut se plaire à imaginer les personnes ennuyeuses qu’Il a rencontrées durant son ministère public et dont il ne s’est pas détourné… Nous aurions pu faire partie de celles-ci. »




Lire aussi :
Convertissez-vous à la patience avec Benoîte Rencurel

Dans l’hymne à l’amour de saint Paul, la patience rafle tout de même la première place. « L’amour prend patience » (1Co 13, 4) commence l’apôtre lorsqu’il cherche à décrire ce qu’est la charité. La patience est bien plus qu’une vertu, elle conduit sur un chemin de sanctification. « Vivre cette sixième œuvre de Miséricorde a dès lors une portée bien plus importante que ce que nous aurions pu imaginer au départ comme une disposition quasi héroïque à supporter les pesanteurs de nos proches », explique le père Emmanuel Coquet. « Nous sommes mis en état de conversion pour vivre selon l’Esprit de charité qui nous donne de vérifier que nous ne nous illusionnons pas sur notre capacité à aimer. La patience débusque en nous des lieux de conversion et nous donne de vivre cette aridité de la relation comme un chemin de sanctification. »

Tags:
MiséricordepatiencePère de l’ÉgliseSainte Thérèse de Lisieuxvertu
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
2
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
3
Tzachi Lang, Israel Antiquities Authority
John Burger
Une pierre portant l'inscription "Christ, né de de Marie" retrouv...
4
PRIEST,ROMAN,COLLAR
Agnès Pinard Legry
Comment savoir si un prêtre… est vraiment prêtre ?
5
Domitille Farret d'Astiès
Faustine et Bérénice partent à pied vers Jérusalem sans un sou en...
6
WEB2-Rene-Regalado-diocese-of-malaybalay.jpg
Agnès Pinard Legry
Philippines : le père René Regalado abattu de plusieurs balles da...
7
étudiante
Marzena Devoud
Le kit de survie spirituelle des étudiants confinés
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement