Aleteia
Mardi 20 octobre |
Sainte Adeline
Tribunes

"Les lois de la République font-elles le poids face à la Loi divine ?"

Anne-Christine POUJOULAT / AFP

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur et des Cultes.

Rémi Brague - Publié le 28/09/20

Interrogé par Aleteia, l’académicien Rémi Brague fait part de ses doutes sur la pertinence du projet de loi attendu contre "les séparatismes". En voulant éviter l’amalgame entre islam et islamiste radical, le gouvernement pratique l’amalgame entre toutes les religions.

Emmanuel Macron définira le 2 octobre sa stratégie contre les « séparatismes » dans la République, avant la présentation d’un projet de loi à l’automne, annoncé comme une des priorités de la fin du quinquennat. En visant « les séparatismes », le gouvernement cible plus large que l’islamisme radical, pour éviter d’être accusé de viser la seule communauté musulmane, mais en prenant le risque de stigmatiser toute expression religieuse ou morale non conforme au « pacte républicain ». Dans cette perspective, les lois de la République doivent s’imposer comme des lois supérieures à celles de la conscience, ce qui n’a rien d’évident, souligne Rémi Brague.

Aleteia : Le gouvernement annonce « un projet de loi contre les séparatismes », qui a semble-t-il du mal à voir le jour. On est passé de la lutte contre le séparatisme islamiste à la lutte contre « les séparatismes ». Que peut signifier ce « séparatisme », alors même que la loi de 1905 est déjà une loi de séparation ?
Rémi Brague : Le passage au pluriel vient d’une tactique éprouvée pour noyer le poisson. Mettre dans le même sac les indépendantistes corses ou bretons et l’islam radical devrait faire sourire. La loi de 1905 est supposée, on l’apprend dans les petites classes, avoir consacré la « séparation de l’Église (des Églises) et de l’État ». En fait, cette séparation ne consistait pas à déchirer une unité. On cessait uniquement de faire coopérer des institutions qui étaient de toute façon déjà distinctes depuis le début. L’Église a même lutté pendant des siècles pour ne pas être une partie de l’État, à la botte des empereurs romains, des rois gallicans, dont le rêve a été réalisé avec la Constitution civile du clergé de 1790.

Ce que la conscience interdit, c’est ce que la morale commune interdit.

En 1905, la loi était principalement dirigée contre les catholiques. Et ceux-ci, même si la République leur donnait peu de raisons de l’aimer passionnément, n’avaient aucun désir de se séparer de la France. Ils en respectaient l’histoire, ils en aimaient la langue et la culture. Peut-on dire cela de tous ceux qui, en ce moment, résident sur le sol national ?

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin soutient que l’islam est « la religion qui aura le moins de difficulté à travailler avec la République«  tandis qu’un conseiller ministériel accuse des « établissements catholiques hors-contrat qui nieraient le pacte républicain ». Qu’en pensez-vous ?

J’admire et envie la capacité qu’a Monsieur Darmanin de prédire l’avenir, comme le montre son usage du futur. Je ne connais (un peu) que le passé. Et je constate qu’aucun pays intégralement musulman n’a été une république avant la décolonisation. Tous étaient des royaumes. Je suis aussi jaloux du talent qu’a Monsieur Darmanin de supposer les problèmes résolus : on voit à peu près quelles instances sont habilitées à négocier au nom de la République, mais pas du tout qui pourrait se prononcer au nom de l’islam, toutes tendances confondues.




Lire aussi :
Pour Gérald Darmanin, « jamais la foi ne doit être au-dessus de la loi »

Je ne sais pas qui au juste a parlé d’établissements niant le pacte républicain. « Nier » un pacte… ? Voulez-vous dire : le dénoncer publiquement ? Ou : ne pas le respecter, et donc le transgresser en douce ? De toute façon, qu’on me donne le texte de ce pacte, et je verrai…

Gérald Darmanin a résumé l’esprit du futur texte en affirmant que « la loi est toujours au-dessus de la foi ». Comment les droits de la conscience peuvent-ils trouver leur place ?

La conscience n’est en rien une affaire de foi. Elle dépend de la raison pratique, c’est-à-dire morale. Ce que la conscience interdit, c’est ce que la morale commune interdit. De plus, toutes les religions n’accordent pas la même importance à l’idée de foi. Pour l’islam, la pratique est plus importante que la croyance. Et cette pratique est réglée par une loi venant de Dieu. Le problème est celui de l’interaction entre la Loi divine et les lois de l’État, chez nous, de la République. Celles-ci peuvent-elles faire le poids face à celle-là ?




Lire aussi :
Bernard Cazeneuve : « Les actes antireligieux témoignent d’un climat d’irrespect, d’intolérance et de violence »

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
FoiIslamlaiciterepublique
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Edifa
Sexualité : comment raviver le désir quand il...
WEB2-SAMUEL PATY-AFP-000_8TB6FJ.jpg
Agnès Pinard Legry
Professeur décapité : des intentions de prièr...
Agnès Pinard Legry
Avec le couvre-feu à 21h, les paroisses contr...
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
WEB2-ERIC DUPOND-MORETTI-AFP-080_HL_NORCHARD_1209116.jpg
Agnès Pinard Legry
La discrète visite d’Éric Dupond-Moretti à la...
MORNING
Cerith Gardiner
Dix paroles inspirantes pour commencer sa jou...
Edifa
Connaissez-vous vraiment toutes les missions ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement