Aleteia
Mardi 27 octobre |
Bienheureuse Emeline
Tribunes

Comment étendre au plus grand nombre l’accès au don de l’Esprit Saint ?

Philippe Lissac / Godong

Père Pierre Vivarès - Publié le 25/09/20

Peu de catholiques ont la grâce de recevoir le sacrement de confirmation, en particulier avant leur mariage. L’Esprit Saint est pourtant le maître du discernement : comment l’étendre au plus grand nombre ?

Si vous voulez que des prêtres se disputent entre eux, c’est extrêmement simple : vous les enfermez dans une pièce en leur demandant à quel âge il faut proposer le sacrement de la confirmation. Il y aura à peu près autant d’avis que de participants. Je croise chaque semaine des chrétiens qui n’ont jamais été confirmés. Nous organisons, dans de nombreuses paroisses ou aumôneries, des chemins de catéchèse ou de catéchuménat pour permettre à des adultes de se préparer et de recevoir ce sacrement mais le problème vient qu’ils sont souvent passés entre les mailles du filet — si j’ose dire — en raison des différences de pratique des communautés alors qu’ils auraient pu le recevoir au cours de leur jeunesse. Arrivés à l’âge adulte, parfois lors d’un cheminement vers le mariage, ils se rendent compte qu’ils n’ont pas reçu ce sacrement.

Par ailleurs, exception française, nous sommes le seul pays à ne pas demander qu’un fiancé soit confirmé pour recevoir le sacrement du mariage. Lorsque nous préparons des futurs couples qui doivent célébrer leur union dans un autre pays, nos confrères étrangers demandent qu’ils soient confirmés. Et voilà que des jeunes couples viennent alors nous demander ce laisser-passer en vue du mariage, un peu étonnés, parfois agacés, mais certainement pas dans un climat serein pour se préparer à recevoir le don de l’Esprit Saint.


KOMUNIA ŚWIĘTA

Lire aussi :
La communion quotidienne, grâce ou pratique excessive ?

« J’ai tout fait »

Il ne s’agit pas « d’avoir tout fait » comme nous le disent parfois certains sur un ton triomphal, comme s’ils étaient des chrétiens d’exception : « J’ai tout fait mon père : baptême, première communion, confirmation ! », sans se rendre compte que ce ne sont pas eux qui ont « tout fait » mais c’est Dieu qui a « tout fait » pour eux, sans qu’il y ait eu forcément une réponse adéquate de leur part à cette profusion de grâce que Dieu leur a accordée. Il s’agit de permettre à chaque baptisé de recevoir tout ce que Dieu veut lui donner pour pouvoir vivre sa foi dans un monde où elle ne va plus de soi ni dans le rythme de ses rites, ni dans l’encadrement social d’une morale qui était partagée par le plus grand nombre, ni dans les fondements philosophiques de la société.

Chaque chrétien doit aujourd’hui avoir les « outils » pour discerner le monde qui l’entoure et les choix qu’il doit poser, or l’Esprit Saint est le grand maître du discernement.

Chaque chrétien doit aujourd’hui avoir les « outils » pour discerner le monde qui l’entoure et les choix qu’il doit poser, or l’Esprit Saint est le grand maître du discernement : « Le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit » (Jn 14, 26).

Proposer un chemin cohérent à tous

La mobilité sociale fait qu’un enfant ne suivra certainement pas tout son catéchisme ou son aumônerie dans la même paroisse voire dans le même diocèse. Finalement il ne sera pas confirmé parce qu’on ne le lui aura jamais proposé. Il y a environ 44.000 confirmations par an pour 250.000 baptêmes en France : 83% des baptisés ne sont pas confirmés. Il ne s’agit pas là que de paresse, d’ennui, de manque de chance ou d’éducation défaillante. Il s’agit aussi d’une organisation ecclésiale qui n’arrive pas à proposer un chemin cohérent à l’ensemble des fidèles d’un pays pour que le plus grand nombre puisse bénéficier de ce que Dieu veut lui offrir à travers les structures ecclésiales en place.

Nos évêques seraient bien inspirés de se pencher un jour sur cette question et il faudrait proposer une « discipline » des sacrements cohérente à l’échelle de la nation. Il faudrait aussi rappeler qu’on ne peut s’engager dans un lien aussi fort que le mariage sans disposer de la plénitude de la grâce de l’Esprit Saint. Alors sur l’âge de la confirmation, nous ne serons bien sûr jamais d’accord, car chaque âge présente ses intérêts et ses inconvénients et ils sont bien connus. Mais le pire n’est-il pas de ne rien décider en faisant comme si les personnes naissaient, grandissaient et mourraient dans le même village où un évêque passera forcément un jour ou l’autre ?




Lire aussi :
En dix ans, le nombre de confirmation d’adultes a doublé




Lire aussi :
La sagesse chrétienne en temps de panique

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
confirmationdiscernementEsprit saintsacrements
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Camille Dalmas
Derrière la phrase du Pape sur les homosexuel...
Marzena Devoud
Le rituel matinal du pape François avant de s...
Avion-chapelle
Agnès Pinard Legry
Aménagée dans un avion, cette chapelle est un...
Edifa
Sexualité : comment raviver le désir quand il...
dessin caricature
Guillaume de Prémare
Terrorisme islamique : l’impasse du droit au ...
belle mère et belle fille
Jeanne Larghero
S’embrouiller avec sa belle-mère en trois leç...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement