Aleteia
Samedi 24 octobre |
Saint Florentin
Décryptage

Un homme transgenre devenu femme peut-il être reconnu mère de sa fille ?

web2-cour-de-cassation-justice-paris-dxr-cc.jpg

DXR I CC-BY-SA (2014)

La cour de cassation, à Paris.

Christine Pellen - Gènéthique - Publié le 24/09/20

Le 16 septembre 2020, la Cour de cassation a refusé à un homme devenu femme à l’état civil sa reconnaissance comme la mère de son troisième enfant. Pour sa contribution hebdomadaire à Aleteia, Généthique décrypte cet arrêt qui intervient après une série décisions de justice contradictoire.

Un homme devenu femme pour l’état civil en 2011 et ayant conçu trois enfants grâce à son appareil reproducteur masculin demande à la justice française d’être reconnu comme mère de la petite dernière. Le motif : sa fille née en 2014 a vu le jour alors que, à l’état civil, il était une femme. Que peut-il être décidé ?

En 2016, la justice considère « que la maternité est une réalité biologique “qui se prouve par la gestation et l’accouchement” », elle refuse la « double filiation maternelle » réclamée par les parents. Les deux partenaires n’en restent pas là. En novembre 2018, la cour d’appel de Montpellier accorde alors à cet homme devenu femme le statut de « parent biologique ». Un statut « inédit dans le droit français ». Mais mercredi 16 septembre dernier, la Cour de cassation casse ce jugement. En effet, pour la haute juridiction, « une personne transgenre homme devenu femme qui procrée “après la modification de la mention de son sexe dans les actes de l’état civil”, mais “au moyen de ses gamètes mâles”, n’est “pas privée du droit de faire reconnaître un lien de filiation biologique avec l’enfant” ».




Lire aussi :
Bioéthique : vers une filiation sans limite ?

Mais elle ne peut le faire « qu’en ayant recours aux modes d’établissement de la filiation réservés au père ». Ainsi, deux options s’offrent à cet homme devenu femme à l’état civil : « Figurer sur l’acte de naissance de sa fille comme père ou être reconnu comme mère par le biais de l’adoption ». Des dispositions « conformes à l’intérêt supérieur de l’enfant », estime la Cour de Cassation, « car elles permettent l’établissement de son lien de filiation avec ses deux parents et parce qu’elles correspondent “à la réalité des conditions de sa conception et de sa naissance” ». Des dispositions qui permettent aussi d’assurer à la benjamine de la fratrie « la même filiation que celle de ses frère et sœur ».

« Au nom d’un désir d’adulte »

Fin du feuilleton judiciaire ? Pas vraiment. L’affaire est renvoyée devant la cour d’appel de Toulouse. « Plusieurs années de procédures supplémentaires nous attendent », explique Me Stoclet, avocat du requérant, qui « a annoncé son intention de porter l’affaire devant la Cour européenne des droits de l’homme ». À l’heure de l’accès à la procréation médicalement assistée pour les couples de femmes, voté en deuxième lecture par l’Assemblée nationale lors de la session extraordinaire du mois de juillet, des femmes pourront être déclarées mères d’un enfant du seul fait de leur volonté. Face à ce bouleversement du droit de la filiation, combien de temps le jugement de la Cour de cassation tiendra-t-il ?

Pour la juriste Anne-Marie Le Pourhiet, « désigner une personne transgenre née homme comme mère à l’état civil aurait tordu le droit de la filiation ». Elle considère qu’ »attribuer deux mères à un enfant alors que l’une d’elles est, biologiquement parlant, son père, c’est transformer l’histoire personnelle d’un enfant en fiction, au nom d’un désir d’adulte ».

Pour aller plus loin : www.genethique.org


WEB2-WOMAN MAN-SIDE-shutterstock_141715732.jpg

Lire aussi :
La notion de genre remet-elle en cause les identités homme-femme ?

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
Bioéthiquedroitmèrepaternite
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
pope francis with a mask
I.Media
Ce que le pape François a vraiment dit sur l'...
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Domitille Farret d'Astiès
"La France a un incroyable talent" : une fami...
Freira renova votos religiosos de manhã e morre à noite
La rédaction d'Aleteia
Kenya : sœur Caroline renouvelle ses vœux le ...
Camille Dalmas
Derrière la phrase du Pape sur les homosexuel...
Marzena Devoud
Le rituel matinal du pape François avant de s...
Edifa
Sexualité : comment raviver le désir quand il...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement