Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 31 octobre |
Saint Quentin
home iconAu quotidien
line break icon

La maison du Thil, une colocation pour des personnes souffrant d'Alzheimer

Petits Frères des Pauvres

La Maison du Thil de Beauvais (Oise).

Domitille Farret d'Astiès - Publié le 20/09/20

À Beauvais (Oise), la Maison du Thil accueille sept personnes âgées souffrant de la maladie d’Alzheimer ou de troubles apparentés. Ce projet de colocation original est à découvrir à l'occasion de la journée mondiale Alzheimer, le 21 septembre.

« C’est devenu la nouvelle famille de mon père », s’enthousiasme Eddy Pauchet, couvreur à Beauvais (Oise). En janvier dernier, Michel, 76 ans, porteur de la maladie d’Alzheimer, a débarqué dans la maison du Thil. Située à Beauvais, à quelques encablures du centre-ville, elle accueille sept personnes souffrant de cette maladie ou de troubles apparentés dans un esprit familial.

La maladie d’Alzheimer concerne 1,2 million de personnes en France, dont 35.000 de moins de 65 ans. Chaque année, 225.000 nouveaux cas sont diagnostiqués selon France Alzheimer, soit un toutes les trois minutes. Quand un proche est atteint, deux solutions d’encadrement sont possibles : le maintien à domicile ou la prise en charge dans une structure spécialisée. Dans de nombreux Ehpad, il existe des unités Alzheimer avec une prise en charge spécifique. Mais d’autres alternatives, souvent plus familiales, existent, telles que l’accueil familial ou encore l’habitat partagé, à l’image de la maison du Thil, qui s’est montée en 2016, portée par les Petits Frères des Pauvres.


HOSPICJUM

Lire aussi :
Communiquer autrement avec un proche atteint de la maladie d’Alzheimer

Une maison à dimension familiale

Dans cette grande bâtisse bourgeoise avec jardin de 2.500 mètres carrés, les malades vivent en colocation. Le lieu est aménagé comme une maison de famille, avec une cuisine, des chambres, deux salons dans lesquels sont disposés buffets, bahuts, canapés, télévision… L’idée est en effet de maintenir un vrai chez-soi. Très concrètement, une infirmière passe chaque jour, des auxiliaires de vie se relaient auprès des malades et une dizaine de bénévoles tournent régulièrement afin de proposer des activités de gymnastique, de jardinage, de chant, ou une sortie cinéma…. Un partenariat a également été noué avec l’institut UniLaSalle de Beauvais, qui forme de futurs ingénieurs, ce qui permet la présence ponctuelle de quelques étudiants. Tout ceci permet d’allier un accompagnement solide par des professionnels et une vie familiale simple. Comme il y a peu d’intervenants, les malades les connaissent bien.

Petits Frères des Pauvres
Préparation d'un repas à la Maison du Thil de Beauvais (Oise).

Cette vie en petit comité permet de créer une routine et une certaine forme de familiarité, et le rythme favorise les stimulations mentales, nécessaires chez les personnes Alzheimer. Le projet étant de vivre une « responsabilité partagée », qui dit colocation dit participation aux tâches domestiques. Au Thil, les repas sont préparés sur place et les résidents sont sollicités pour éplucher les légumes, touiller une sauce ou mettre le couvert, dans la mesure de leurs capacités. Ils sont chez eux et peuvent s’ils le souhaitent effectuer un tour dans le jardin ou faire une visite de courtoisie aux poules.

Il est bien entouré et il a des personnes extraordinaires autour de lui, qui savent donner beaucoup d’amour.

Chez Michel Pauchet, la maladie s’est manifestée dès 2016. Il est d’abord resté chez lui mais, d’après son fils, cela a fini par devenir « très compliqué ». Ses enfants ont dans un premier temps fait appel à une auxiliaire de vie mais, face à ses fuites répétées, une surveillance 24 heures sur 24 est devenue nécessaire. En 2018, son état s’est vraiment dégradé, et comme le décrit son fils Eddy, « chez lui il n’était plus chez lui mais ailleurs il n’y était pas non plus ». Après avoir été placé dans une grande institution dans laquelle il dépérissait, il a finalement trouvé sa place à la maison du Thil, pour un coût équivalent à celui d’un Ehpad classique. « C’est une maison de retraite de rêve, on ne les laisse pas dans un coin », note son fils. « Avec mon frangin, on est soulagé. Mon père a repris la banane. Nous avons vu une énorme différence au niveau physique : il avait rajeuni d’un seul coup. Il est bien entouré et il a des personnes extraordinaires autour de lui, qui savent donner beaucoup d’amour ». Comme les membres des autres familles, il a la clef du portail de la maison, ce qui lui permet de passer quand il le souhaite rendre visite à son père chez lui.

Pour autant, la situation n’est pas facile pour Eddy qui, il y a quelques années encore, parcourait à vélo les routes de la région avec son père. « J’avais un père hyper bricoleur qui ne savait pas rester cinq minutes sans bouger. Maintenant, il est un peu dans son monde. Malgré tout, quand on arrive, il est content et on a droit à un sourire ».


MODLITWA MAŁŻEŃSTWA, NOWOTWÓR

Lire aussi :
Comment soutenir son conjoint gravement malade ?

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
Alzheimermaladie
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : plus de messes après la Touss...
NIEMOWLĘ
Mathilde de Robien
Ces prénoms féminins qui portent en eux le sc...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : ce que les évêques ont demand...
ATTENTAT EGLISE DE NICE
La rédaction d'Aleteia
En images : le récit d'une terrible journée
NICE
Agnès Pinard Legry
Qui sont les trois victimes de l'attentat de ...
MEDJUGORJE
I.Media
L'ancien accompagnateur spirituel des voyants...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement