Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 30 octobre |
Bienheureuse Bienvenue Bojani
home iconBelles Histoires
line break icon

Le pari fou de Maya Husseini : restaurer les vitraux des églises de Beyrouth

Maya Husseini

Maya Husseini dans son atelier.

Domitille Farret d'Astiès - Publié le 18/09/20

Alors que la double explosion du 4 août 2020 a dévasté partiellement Beyrouth et que nombre de ses églises ont été endommagées, Maya Husseini, maître-verrier, a pour ambition de restaurer un grand nombre de vitraux.

C’est un sacré pari qu’a osé Maya Husseini : s’attaquer aux vitraux des églises de Beyrouth partiellement ou entièrement détruits par la double explosion du 4 août 2020. Aussitôt après le drame, cette Beyrouthine maître-verrier a été sollicitée pour prendre en charge la restauration des vitraux de six édifices, ce qui représente au total plus de 300 mètres carrés de vitraux, soit trois à quatre années de travail. Parmi eux, la cathédrale Saint-Louis des capucins, l’église Saint-Joseph des franciscains, les églises maronites du Rosaire et Saint-Jean-Baptiste.

KARINE PIERRE / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP
Des volontaires nettoient la cathédrale maronite Saint-Georges après la double explosion du 4 août 2020.

Maya Husseini a le verre dans la peau. Libanaise, Beyrouthine, maronite, l’artiste, qui vient de fêter ses 60 ans, s’apprêtait à voguer doucement vers la retraite après trente ans de bons et loyaux services dans le monde de la verrerie. Formée à cet art au Liban puis à Chartres, la capitale du vitrail, elle a ouvert son atelier à Beyrouth en 1990. Elle est d’ailleurs la seule au pays du Cèdre à pouvoir revendiquer cette formation académique. Mais les explosions qui ont remué la capitale ont chamboulé ses plans.

Ma conscience ne me permet pas de laisser les choses comme cela par terre. Il y a une évidence.

Elle a été touchée jusque dans son atelier, pourtant situé à Hazmieh, en banlieue de la capitale, où les déflagrations ont fait éclater plusieurs sculptures et endommagé certains vitraux. Cet événement a réduit brutalement à néant plusieurs années de travail. « Une partie de ma vie professionnelle est partie en poussière, en sable. J’ai été très touchée : à chaque coup de fil que je recevais, c’était une partie de moi-même qui partait. Maintenant, il n’est pas question que j’arrête. Ma conscience ne me permet pas de laisser les choses comme cela par terre. Il y a une évidence. C’est un devoir de travailler à nouveau », lance-t-elle avec énergie.

Sun_Shine / Shutterstock
L'intérieur de l'église Saint-Louis des Capucins, à Beyrouth (Liban) avant la double explosion du 4 août 2020.

Elle a exercé son art sur de nombreux édifices dans tout le pays et en particulier dans la capitale : la cathédrale Saint-Louis des capucins, dans le quartier de Bab Edriss, le couvent franciscain Terra Santa, dans le quartier de Gemmayzé, l’église du Rosaire, à Hamra… Un certain nombre de vitraux seront recréés à l’identique tandis que d’autres seront l’occasion d’oser de nouvelles créations, à l’image de ceux de l’église Saint-Maron où un prêtre a le projet d’inclure des caractères en syriaque. « Tout dépend de chaque style d’église », explique Maya Husseini. D’importants financements sont encore nécessaires, même si des promesses de dons ont déjà été faites, notamment pour l’église des franciscains, pour laquelle des mécènes ont accordé leur soutien.

Maya Husseini
Un vitrail exécuté par Maya Husseini dans l'église des franciscains, à Beyrouth (Liban).

Maya Husseini a l’habitude de faire venir son verre de la verrerie de Saint-Just, dans la Loire, et espère pouvoir négocier les prix. Charge à elle ensuite de dessiner ses maquettes, couper les verres, peindre morceau par morceau, monter le plomb, souder, appliquer le mastic… « C’est vraiment un travail très minutieux », note-t-elle. Elle a donc réuni une petite équipe de jeunes artisans qu’elle est en train de former afin de pouvoir travailler plus efficacement et de répondre aux différentes commandes. Un sacré chantier les attend.




Lire aussi :
« Le Liban a besoin du monde, mais le monde a besoin du Liban », assure le cardinal Parolin

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
artisanlibanvitrail
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : plus de messes après la Touss...
NIEMOWLĘ
Mathilde de Robien
Ces prénoms féminins qui portent en eux le sc...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : ce que les évêques ont demand...
statue de femme les yeux bandés
Mgr Benoist de Sinety
Dans nos aveuglements, le diable montre son v...
Mathilde de Robien
Franz et Franziska Jägerstätter, un couple un...
ATTENTAT EGLISE DE NICE
La rédaction d'Aleteia
En images : le récit d'une terrible journée
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement