Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 31 octobre |
Saint Quentin
home iconActualités
line break icon

Le soir de la rentrée scolaire, un millier d'enfants a dormi à la rue

Pascal GUYOT / AFP

Rentrée des classes dans l'école élémentaire Jules Simon, à Montpellier (Hérault), le 1er septembre 2020.

Domitille Farret d'Astiès - Publié le 17/09/20

C'est un chiffre terrifiant que livrent Unicef France et la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS). Dans la nuit du 1er au 2 septembre 2020, c'est plus d'un millier d'enfants qui a dormi dans la rue.

Le soir de la rentrée des classes, 1.483 enfants ont passé la nuit dehors. C’est le chiffre alarmant que relèvent Unicef France, consacré à la condition des enfants, et la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS), qui regroupe 870 associations de solidarité au service des plus démunis telles qu’Emmaüs ou l’Ordre de Malte. Ayant dormi à la rue ou dans des abris de fortune, ces mineurs font partie des 2.925 personnes qui n’ont pas été hébergées cette nuit-là en France métropolitaine. C’est à Paris que le 115, numéro d’urgence sociale, est le plus appelé. Dans la capitale, 93% des familles l’ayant demandé n’ont pas pu être hébergées.

Si pour Florent Guegen, directeur de la FAS, ces chiffres témoignent d’une « situation alarmante », il note toutefois « une évolution positive : le nombre de refus pour les hébergements d’urgence a globalement diminué par rapport à la même époque l’an dernier grâce à l’ouverture de places d’hébergement supplémentaires en hôtels depuis le début de la crise sanitaire ». Il faut cependant souligner que ces chiffres ne sont pas exhaustifs puisqu’ils ne prennent en compte que les personnes ayant appelé le 115. N’entrent donc pas dans ces comptes ceux qui vivent dans des bidonvilles ou des squats.




Lire aussi :
Morts dans la rue : ils s’appelaient Damian, Nadia, Patrick, Fanica…

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
Enfantssdf
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : plus de messes après la Touss...
NIEMOWLĘ
Mathilde de Robien
Ces prénoms féminins qui portent en eux le sc...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : ce que les évêques ont demand...
ATTENTAT EGLISE DE NICE
La rédaction d'Aleteia
En images : le récit d'une terrible journée
NICE
Agnès Pinard Legry
Qui sont les trois victimes de l'attentat de ...
MEDJUGORJE
I.Media
L'ancien accompagnateur spirituel des voyants...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement