Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Entoureo, la start up sympa qui vous permet de passer du temps avec Bon-papa

Entoureo
Denise et Manon.
Partager

Fondée il y a un an, Entoureo est une start up qui propose d’accompagner les familles grâce à un coffret permettant de recueillir la parole des aînés pour en faire un livre-mémoire.

Favoriser la transmission entre les générations. Tel est le credo d’Entoureo. Cette start up, fondée en 2019 par Thomas Delage et Kevin Lamberton, tous les deux âgés de 29 ans aujourd’hui, propose d’offrir à un proche… le livre de sa vie. On vous explique : on a beau passer du temps avec ses parents et ses grands-parents, on s’aperçoit parfois que l’on ne connaît finalement pas très bien leur vie. Les deux compères ont donc imaginé un coffret qui permet de recueillir la parole des aînés. Presqu’aussi facile à manier que la lampe d’Aladdin, le principe est simple. Grâce à un guide d’entretien et un petit microphone cravate qui se connecte ensuite à une plateforme, il vous suffit de passer du temps avec Papé ou Bon-papa et de le laisser dérouler sa vie grâce aux questions que vous lui poserez. Huit à dix séances d’entretiens sont nécessaires. Pas besoin de prendre des notes : ce qu’il raconte sera directement enregistré avant d’être retranscrit automatiquement sur une plateforme en moins de 48 heures. Ensuite, vous êtes alerté et vous pouvez apporter les corrections que vous souhaitez, et même ajouter des photos sur la plateforme. « À la fin, cela donne un livre qui est vraiment joli, comme un livre de librairie », explique Thomas Delage.

Entoureo
Kevin Lamberton (à gauche) et Thomas Delage (à droite) sont les fondateurs d'Entoureo.

L’objectif est « d’aborder tous ces sujets dont on ne parle pas assez, de prendre le temps », poursuit le jeune entrepreneur. « C’est venu d’une expérience que nous avons vécue au même moment, Kevin et moi. Il y a cinq ans, nous avons perdu nos grands-pères. Le mien est décédé à 80 ans. J’allais déjeuner chez lui le dimanche, je passais toutes mes vacances chez lui. Je me suis rendu compte qu’il y avait plein de choses que je ne connaissais pas sur lui, comment il a rencontré Mamie par exemple. J’ai découvert beaucoup de choses sur lui le jour de son enterrement ». Cette expérience commune leur donne une impulsion. La transmission sera leur cheval de bataille. Constatant que les familles ne préservent pas toujours bien leur histoire et que la mémoire orale tend à disparaître, ils créent Entoureo.

Dans l’utilisation que nous faisons de la technologie, nous sommes un support du lien social mais nous ne le remplaçons pas.

Certains diront qu’ils n’ont pas besoin d’un service de ce type : le livre, ils peuvent très bien l’écrire eux-mêmes, et nul besoin de technologie pour cela. « Dans l’utilisation que nous faisons de la technologie, nous sommes un support du lien social mais nous ne le remplaçons pas », souligne Thomas Delage. « En France, 60% des plus de 60 ans ont envie d’écrire leur vie. Entre 7 et 10% le font vraiment. Pour certaines familles, c’est une montagne. Nous nous sommes rendu compte que certaines d’entre elles passaient par des biographes familiaux. Or, ce sont des services qui prennent du temps et qui sont assez chers ». Certaines familles veulent se lancer d’elles-mêmes dans l’aventure, mais les notes ne sont pas toujours mises en commun et les meilleures volontés peuvent se décourager devant ce qui apparaît parfois comme le rocher de Sisyphe.

Entoureo
Denise raconte son histoire.

Florent, 29 ans, consultant à Paris, a testé Entoureo avec son père Christian, 80 ans. « J’ai réalisé en entendant parler de la boîte que je connaissais grosso modo le parcours de mon père, mais pas les expériences qui l’ont façonné », témoigne-t-il auprès d’Aleteia. S’il avait déjà pensé à faire raconter son histoire à son père, la tâche lui semblait titanesque. « Tout seul, je n’aurais pas su comment m’y prendre. Je pensais que j’allais devoir écrire un livre », commente-t-il.

C’est à la fois un cadeau pour le proche et pour toute la famille. On grave la mémoire de la personne âgée mais aussi celle de toute sa famille.

Même si certains aînés commencent à écrire leurs mémoires, beaucoup ne vont pas au bout du projet ou n’osent pas l’imprimer, « alors que la matière brute est formidable », déplore Thomas Delage en regrettant « l’auto-censure » qu’ils peuvent s’infliger, doutant de l’intérêt qu’ils susciteront. « L’idée, c’est que toute les générations puissent y trouver leur compte. C’est à la fois un cadeau pour le proche et pour toute la famille. On grave la mémoire de la personne âgée mais aussi celle de toute sa famille ». C’est d’ailleurs ce qu’a expérimenté Florent. « Je n’ai pas un besoin immodéré de faire des recherches sur mes origines mais je trouve cela hyper intéressant ». Il pense également à ses futurs enfants et se réjouit de pouvoir leur proposer un support le jour où ils auront des questions sur leur histoire familiale. « Il y a un vrai truc de l’ordre de la transmission », s’enthousiasme-t-il.

Au fil des échanges avec son père, il a découvert que sa grand-mère, qui était guadeloupéenne, avait pris le bateau à 18 ans direction la métropole à la fin des années 1920 avant de débarquer en Normandie. « Ce sont des choses qui sont incroyables. Il y a des sujets que je n’avais jamais abordés avec mon père. Il m’a parlé des échanges de tirs dans les rues de Paris pendant la guerre d’Algérie. Cela a été un côté chouette de l’aventure, de voir l’histoire de France à travers son histoire ».

Entoureo
Dans chaque livre, une historie de vie unique.

En effet, au-delà du résultat, l’expérience Entoureo est une occasion de passer du temps ensemble. « On a un prétexte pour ramener la famille à visiter plus souvent les grands-parents », affirme Thomas Delage. Les familles qui viennent vers eux sont « de tous les styles, avec tous types de situations », et portent des valeurs « de transmission, de tradition, de partage ». L’histoire des grands-parents, c’est aussi l’histoire d’un pays et d’une époque. « Ce sont des témoignages hyper précieux », s’exclame le co-fondateur avec énergie. « Dans cinq ou dix ans, il n’y en aura plus. Nous avons déjà plusieurs centaines d’heures de discussion enregistrées. J’ai fait des enregistrements avec mon grand-père maternel et cela a éclairé certains comportements et changé mon regard sur lui. Maintenant, je comprends mieux. Cela a vraiment transformé ma relation avec lui : c’est puissant ». Leur prochain objectif ? Se développer et accompagner rapidement plusieurs milliers de familles.