Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Vol de vélo : quand la Vierge met la police sur la piste de sa propriétaire

ALETEIA
Le vélo de Maria
Partager

Dans le Val d’Oise, un autocollant de la Vierge sur un vélo volé a permis aux enquêteurs de retrouver son propriétaire légitime en quelques minutes.

Qui eût cru que la Vierge Marie contribuerait à l’heureux dénouement d’un vol de vélo ? Habituellement, ce genre d’affaire n’est que rarement résolu, faute de pouvoir identifier les propriétaires. Selon les chiffres de la Préfecture de Police, 500.000 vélos sont volés chaque année en France, 150.000 sont retrouvés mais seulement 3% d’entre eux sont restitués à leur propriétaire, faute d’identification. Le vélo de Maria a donc échappé à la règle et a été rendu à sa propriétaire, non pas via un marquage Bicycode mais grâce à une image de la Vierge.

Mercredi 2 septembre, Maria, 65 ans, se fait dérober son vélo chez elle, dans un quartier calme du Val d’Oise. La bicyclette était pourtant garée à l’intérieur de son jardin clos, calée contre une statue de la Vierge. Un beau vélo sur lequel elle avait pris soin de coller, entre le garde-boue et les sacoches, une image de la Vierge de Medjugorje. Une fervente dévotion à Marie et à la Sainte-Famille qu’elle nourrit depuis son enfance, au Portugal. Furieuse, Maria demeure quelques instants indécise, se demandant si elle doit se rendre à la messe, comme elle l’avait prévu, ou au commissariat pour porter plainte. Elle opte finalement pour l’église. La police, plutôt que le Bon Dieu, attendra ! En chemin, elle croise le curé qui s’étonne de la voir à pied et à qui elle conte sa mésaventure.

Trois jours plus tard, samedi 5 septembre, la police trouve un vélo abandonné le long d’une avenue passante. Dans un réflexe aussi logique qu’amusant, les enquêteurs déduisent que son propriétaire, ayant apposé un autocollant de la Vierge, doit sans doute être catholique. Ils profitent du forum des associations qui se déroule ce jour-là pour se rendre sur le stand de la paroisse. Ils demandent alors si le fameux vélo floqué de son indice marial appartient à l’un des paroissiens, supputant ainsi que la communauté paroissiale est une vaste famille dans cette ville de 16.000 habitants et que le prêtre du lieu connaît bien ses ouailles. Bonne déduction ! Ce dernier fait immédiatement le rapprochement avec le vélo de Maria… Heureux dénouement de l’affaire ! Une histoire qui montre combien Marie peut être source de grâces, même en affaire de bicyclette : non seulement elle protège le voyageur mais elle ramène les vélos égarés !