Aleteia
Samedi 24 octobre |
Saint Florentin
Actualités

Face au Covid, le pape François plaide pour "un amour sans frontières"

Antoine Mekary | ALETEIA

I.Media - Publié le 09/09/20

"Un virus qui ne connaît pas de barrières, de frontières ou de distinctions culturelles et politiques doit être affronté avec un amour sans barrières, frontières ou distinctions", a déclaré le pape François lors de l’audience générale, ce mercredi 9 septembre. "Nous pouvons guérir le monde en travaillant tous ensemble pour le bien commun", a-t-il affirmé.

Dans la cour Saint-Damase, au cœur du Vatican, le pontife a dénoncé ceux qui profitent de la situation de crise actuelle « pour fomenter des divisions » ou « pour chercher des avantages économiques ou politiques, en engendrant ou en accroissant les conflits ». « Une société saine est celle qui prend soin de la santé de tous », a-t-il insisté, déplorant que certains « ne s’intéressent tout simplement pas à la souffrance d’autrui » en s’appropriant notamment les vaccins contre la pandémie.

Affronter le virus avec « un amour sans barrières »

« Nous pouvons guérir le monde en travaillant tous ensemble pour le bien commun », a défendu le chef de l’Église catholique. « Un virus qui ne connaît pas de barrières, de frontières ou de distinctions culturelles et politiques doit être affronté avec un amour sans barrières, frontières ou distinctions », a-t-il affirmé.

Selon le 266e pape, les chrétiens ne peuvent se contenter d’aimer leurs proches ou leur famille, car l’amour du prochain est toujours « expansif et inclusif », et « comprend les rapports civiques et politiques ». Même si c’est difficile, aimer ses ennemis « est un art », a souligné le chef de l’Église, mais un art « qu’on peut apprendre et améliorer ».

« Une bonne politique est possible »

Dans ce but, le Souverain pontife a appelé à bâtir « des structures sociales qui nous encouragent à partager plutôt qu’à entrer en compétition » pour résister à « la culture de l’égoïsme, de l’indifférence, du déchet ». « La promotion du bien commun est un devoir de justice qui incombe à chaque citoyen ».

Antoine Mekary | ALETEIA

Malgré la « mauvaise réputation » dont souffre la politique, il faut croire « qu’une bonne politique est possible », a plaidé l’évêque de Rome. Il importe pour cela que « chaque citoyen enracine sa propre action dans les principes éthiques et l’anime avec l’amour social et politique ».


CHIODI

Lire aussi :
Covid-19 : le pape François console Carlo qui a perdu ses deux parents

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
AmourAudience généralebien communCoronavirusPape Françoissolidarite
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
pope francis with a mask
I.Media
Ce que le pape François a vraiment dit sur l'...
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Domitille Farret d'Astiès
"La France a un incroyable talent" : une fami...
Freira renova votos religiosos de manhã e morre à noite
La rédaction d'Aleteia
Kenya : sœur Caroline renouvelle ses vœux le ...
Camille Dalmas
Derrière la phrase du Pape sur les homosexuel...
Marzena Devoud
Le rituel matinal du pape François avant de s...
Edifa
Sexualité : comment raviver le désir quand il...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement