Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

Et si c’était le vrai visage du Christ ?

JEZUS WEDŁUG SZTUCZNEJ INTELIGENCJI
Partager

Pour réaliser ce photo-portrait du Christ, l’artiste néerlandais Bas Uterwijk a utilisé un logiciel d’intelligence artificielle.

Il a créé une photo de Jésus plus vraie que nature. Bas Uterwijk, un Hollandais qui se définit comme un post-photographe, utilise l’intelligence artificielle pour créer des photo-portraits de personnages historiques extrêmement réalistes. La post-photographie mêle la photographie et des techniques numériques afin de proposer d’autres formes d’images.

Les œuvres de Bas Uterwijk sont élaborées à partir du logiciel d’intelligence artificielle Artbreeder qui s’appuie sur des représentations préexistantes et croise les images, de façon à en générer d’autres qui soient les plus réalistes possible. S’il avait déjà commencé son travail artistique il y a un an, la crise du Covid-19 lui a permis de développer son projet. Et au milieu des portraits de Van Gogh ou Billy the Kid, ou encore Napoléon, une « photo » du Christ. L’homme qui apparaît, de type sémite, a la peau hâlée ainsi que des cheveux et une barbe brune.

Si, dans la plupart des représentations, Jésus a les cheveux longs, dans l’une des versions, il les porte courts. « Pour l’une des images, j’ai ajouté un peu de vérité historique », explique le photographe, qui note que « les historiens ne croient pas qu’à cette époque, dans la région de Galilée, en Israël, un homme ait pu avoir les cheveux si longs. […] Parfois j’essaie d’être aussi réaliste que possible et parfois j’essaie de donner une représentation de la façon dont on perçoit un personnage de l’histoire ».

Mélanger diverses représentations

Il explique avoir jonglé entre différentes représentations culturelles de Jésus, qu’elles soient byzantines ou issues de la Renaissance. Parmi ses sources d’inspiration, le fameux Salvator Mundi de Léonard de Vinci et le Suaire de Turin. En même temps, il avait à cœur de montrer un visage qui rappelle le Moyen-Orient de façon convaincante. « J’étais content du résultat en tant qu’image d’une représentation culturelle collective, mais en même temps je sentais que cela manquait de précision historique », écrit-il sur sa page Instagram. « Le résultat est une impression artistique de ce à quoi cet homme aurait pu ressembler, plus qu’une ressemblance scientifiquement exacte ».

Le défi est donc de rester fidèle à la réalité historique de la personne tout en rejoignant la « conception populaire » que l’on peut s’en faire. Bas Uterwijk a déjà travaillé sur une cinquantaine d’images. Il explique qu’il travaille sur de nombreux sujets en même temps et les laisse parfois en attente durant plusieurs semaines afin d’y revenir plus tard, lorsqu’il peut s’appuyer sur une nouvelle inspiration ou des sources supplémentaires.

Un corps de Jésus en 3D réalisé à partir du Saint Suaire