Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

L’émouvante vidéo d’une vieille dame à son piano dans Beyrouth en ruine

WEB3-ELDERLY-WOMAN-PLAY-PIANO-BERIUT-Twitter.jpg
Partager

C’est une courte vidéo bouleversante qui circule depuis hier sur les réseaux sociaux. Une vieille dame joue au piano l’air « Ce n’est qu’un au revoir » dans son appartement totalement dévasté par la double explosion de Beyrouth. Ou quand la musique et l’espoir semblent plus fort que tout.

L’air est connu dans le monde entier. Traduit en français par « Ce n’est qu’un au revoir », cette musique est à l’origine une vieille chanson folklorique écossaise « Auld Lang Syne », qui reprend les paroles du poète Robert Burns, sur les jours qui passent et le regard tourné vers l’avenir. Et ces paroles prennent ici tous leur sens avec cette personne âgée libanaise qui, alors que deux explosions ont partiellement ravagé Beyrouth mardi 4 août, semble rendre hommage à tout ce qu’elle a perdu mais aussi à tout ce qu’elle a reçu.

Alors qu’à travers les notes, on entend en bruit de fond le balayage des vitres brisées, la vidéo, émouvante et tragique, est à l’image de tout un pays aujourd’hui meurtri. Et pourtant, malgré les vitres des fenêtres qui jonchent le sol, le piano est toujours là, et la vielle dame joue une musique qui a traversé les frontières. N’est-ce-pas là, en images, le symbole même de l’Espoir ?