Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

Grégoire chante son tube « Toi + Moi » en quatre langues pour le sanctuaire de Lourdes

Capture d'écran KTO
Partager

Sur le plateau de Lourdes United, le tout premier e-pèlerinage lancé par le sanctuaire de Lourdes ce jeudi 16 juillet 2020, le chanteur Grégoire, à l’origine de la comédie musicale Bernadette de Lourdes, a remis au gout du jour « mondial » le tube qui l’a fait connaitre, « toi+moi ».

Quatre langues et 25 nationalités filmées, c’est le nouveau clip que le chanteur Grégoire a diffusé ce jeudi 16 juillet à l’occasion du tout premier e-pèlerinage de « Lourdes United« . Le tube a déjà douze ans, mais ses paroles et son rythme ont largement dépassé les frontières avec plus de 43 millions de vues. Un nombre qui risque d’augmenter encore aujourd’hui avec sa nouvelle diffusion, en quatre langues cette fois, sur la chaine YouTube du sanctuaire de Lourdes aux millions d’abonnés.

Le chanteur Grégoire s’est confié à nos confrères du Parisien. « Le sanctuaire de Lourdes a demandé il y a quinze jours à la troupe de Bernadette de Lourdes et à moi de participer à une émission de télé de soutien diffusée auprès des chrétiens du monde entier. C’était le moment d’en faire une nouvelle version internationale, pour que l’on puisse comprendre son message ». « You And Me », « Io Con Te » et « Tu Y Yo » … Si Grégoire chante la partie française, il laisse Eyma, la chanteuse de la comédie musicale Bernadette, faire la partie anglaise. Francisco, qui fait aussi partie de la troupe, assure la version espagnole et des amis italiens de Grégoire, Fatima et Fabi, assurent la quatrième langue.

« Pour le clip, j’ai lancé un appel sur une story Instagram Faites une vidéo de 20 secondes sur laquelle vous dansez et à ma grande surprise, j’ai reçu des réponses de 25 pays différents. Je savais que c’était la chanson la plus apprise dans les écoles françaises à l’étranger, mais je ne m’attendais pas à cela », raconte encore Grégoire au Parisien. Du Gabon à Panama, en passant par Moscou ou Buenos Aires, c’est sûr, cet hymne à la solidarité a traversé les frontières, pas étonnant qu’il trouve toute sa place à Lourdes !