Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Le poisson et la croix : comment un symbole chrétien a dépassé l’autre

Poisson / Croix
Daniel Jedzura / Shutterstock
Le poisson et la croix sont deux grands symboles des chrétiens.
Partager

Ce n’est qu’après l’édit de tolérance de Milan par lequel l’empereur Constantin légalise le christianisme (313) que les chrétiens ont pu ouvertement exposer et adorer le symbole du sacrifice du Christ, la croix.

La religion chrétienne possède beaucoup de symboles, mais aucun n’est aussi important ou emblématique que la croix. Autrefois utilisée comme instrument de mort, elle est devenue le signe de tous les chrétiens. Des croix juchées sur les clochers de nos églises au signe de croix sur nos propres corps, dissocier ce symbole de la foi chrétienne est impossible. Mais cela n’a pas toujours été le cas. Si les premiers chrétiens ont cru à la résurrection de Jésus, il était rare de voir ces derniers adorer des croix avant la légalisation du christianisme dans l’Empire romain.

Avant le règne de Constantin au IVème siècle, les chrétiens étaient réticents à l’idée de vénérer la croix, de crainte de se faire ridiculiser ou de se mettre en danger. Après la conversion de l’empereur au christianisme, la mise à mort par crucifixion fut abolie, et la croix, élevée comme symbole de foi chrétienne ainsi que le Chrisme, symbole composé des lettres grecques Χ et Ρ, les deux premières du mot Christ. Ces symboles se sont rapidement multipliés dans l’art et sur les mémoriaux funéraires chrétiens à partir de l’an 350 alors qu’ils étaient inexistants auparavant, quoique les croyants faisaient toujours le signe de croix. 

Les origines du poisson comme symbole

Si la croix n’était pas aussi présente dans les premiers siècles, le poisson en revanche l’était. Comment ce symbole, utilisé esthétiquement dans l’art avant le début de la chrétienté, en est-il arrivé là ? D’abord, son nom grec, ichthys, est un excellent acronyme pour « Iesous Christos Theou Uios Soter« , ou « Jésus Christ, Fils de Dieu, Sauveur. » La symbolique du poisson vient de l’archéologie et des écrits. Selon l’Encyclopédie Catholique, la référence littéraire la plus ancienne du poisson est faite par Clément d’Alexandrie, né autour de 150. Dans son ouvrage, Le Pédagogue, il recommande à ses lecteurs de graver une colombe ou un poisson sur leurs sceaux. Antérieurement à cela, au début du IIème siècle, le poisson est représenté dans des monuments romains tel que la chapelle grecque et les chapelles des sacrements de la catacombe de Saint-Calixte. 

« Le symbole a également pu être inspiré par le miracle de la multiplication des pains et des poissons ou par le repas des sept disciples sur les rivages de Galilée, après la résurrection, » dit encore l’Encyclopédie. Le poisson se retrouve dans de nombreuses fresques, sculptures, bagues, sceaux, verre gravé, et médaillons. « C’est après le IVème siècle que le symbole commence à disparaître, » conclut l’Encyclopédie Catholique. « Les poissons représentés sur les cuves et coupes baptismales comme celles que l’on peut voir au musée national romain à Rome, ont un but purement décoratif qui fait allusion à l’eau du baptême. »