Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 28 novembre |
Sainte Catherine Labouré
home iconBelles Histoires
line break icon

Covid-19 : il traverse l'Atlantique à la voile pour se rendre au chevet de son père de 89 ans

SKUA

DIEGO IZQUIERDO | AFP

Cerith Gardiner - Publié le 06/07/20

Bloqué au Portugal au moment où la pandémie de Covid-19 s’est accélérée, entrainant la suspension des vols vers son pays, l’Argentine, Juan Manuel Ballestero a décidé d’y retourner en bateau afin de se rendre au chevet de son père, âgé de 89 ans. Quand l’amour filial donne des ailes… et du souffle.

C’est un bel exemple de ce que l’amour d’un fils pour son père permet d’accomplir. Mi-mars, alors que la pandémie s’accélère, les vols du Portugal vers l’Argentine sont suspendus. Juan Manuel Ballestero, 47 ans, argentin habitant au Portugal, se retrouve dans l’impossibilité de se rendre au chevet de son père âgé de 89 ans. Qu’à cela ne tienne, ce passionné de voile décide d’affronter vents et marée pour rejoindre son père. Son histoire, rapportée par le New York Times témoigne de la détermination dont il a dû faire preuve pour entreprendre ce voyage. « Je ne voulais pas être lâche et rester dans un endroit préservé alors que ma famille avait besoin de moi. La chose la plus importante pour moi était d’être avec elle », a-t-il confié au journal.

Il largue les amarres mi-mars pour une traversée de… 85 jours. Mais le voyage ne s’est pas fait sans anicroches. Bien qu’il se soit procuré les biens de première nécessité et du carburant, il avait l’intention de faire une escale mi-avril au Cap-Vert afin d’acheter d’autres fournitures et du carburant. Mais les autorités lui ont refusé la permission d’amarrer. Loin de le décourager, Juan Manuel Ballestero poursuit son voyage et son but : retrouver son père.

View this post on Instagram

A post shared by Juan Manuel Ballestero (@skuanavega)

Il confie sans détour s’être appuyé sur sa foi pour traverser cette épreuve dans les difficultés et les moments de doute. « La foi vous maintient debout dans ces situations », explique-t-il. « J’ai appris sur moi-même; ce voyage m’a fait grandir en humilité. » C’est finalement le 17 juin qu’il arrive dans le port de sa ville natale, Mar del Plata, et qu’il a pu embrasser son père, soixante-douze après que les résultats de son test au Covid-19 soient revenus…négatifs.


Deux hommes basket

Lire aussi :
Relation père-fils : ces moments de complicité qui marqueront un enfant pour toujours

Tags:
AmourConfinementCoronaviruspères
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Jauge de 30 personnes : les catholiques unis ...
Timothée Dhellemmes
"Ridicule", "pathétique", "humiliante"... la ...
Agnès Pinard Legry
Vent debout contre la jauge de 30 person...
Timothée Dhellemmes
Les messes publiques reprendront samedi... ma...
Timothée Dhellemmes
Les évêques fustigent une décision "irréalist...
Monseigneur Matthieu Rougé
Timothée Dhellemmes
Mgr Rougé : "C’est un manquement à la parole ...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement