Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Le pape François soutient le cessez-le-feu mondial de l’ONU

Partager

Lors de l’Angélus du 5 juillet 2020, le souverain pontife a apporté son soutien  à la résolution de “cessez-le-feu” mondial adoptée par le Conseil de sécurité des Nations unies pour faire face à l’épidémie de Covid-19, le 1er juillet dernier. Une décision qui, pour le Pape, permet « d’assurer la paix et la sécurité indispensables pour fournir l’aide humanitaire si nécessaire ».

Le 1er juillet dernier, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté une résolution demandant un cessez-le-feu international de 90 jours pour permettre d’endiguer la crise sanitaire et économique provoquée par la pandémie de coronavirus. Depuis la fenêtre des appartements pontificaux, le chef de l’Église a salué cette initiative comme « un premier pas courageux vers un avenir pacifique ». Elle permet « d’assurer la paix et la sécurité indispensables pour fournir l’aide humanitaire si nécessaire », a-t-il expliqué.

Le souverain pontife a dit espérer « que cette décision sera observée efficacement et rapidement pour le bien des nombreuses personnes qui souffrent ». Il a par ailleurs béni un pèlerinage organisé par la radio polonaise Radio Maria au sanctuaire marial de Częstochowa (Pologne). Celui-ci fait partie des commémorations du centenaire de la naissance de saint Jean Paul II (1920-2005), et a pour thème « J’ai tout confié à Marie ».

Le réconfort du Christ aux plus petits

Dans « un monde qui exalte ceux qui deviennent riches et puissants », le message du Christ est à trouver au milieu des plus pauvres et des plus petits, a par ailleurs déclaré le Souverain pontife lors de sa catéchèse. Dès lors, l’Église est « appelée à vivre des œuvres de miséricorde et à évangéliser les pauvres ». Les mystères de Dieu sont cachés aux orgueilleux qui « foulent aux pieds la personne humaine et sa dignité ». Au contraire, « le “réconfort” que le Christ offre aux personnes fatiguées et opprimées n’est pas seulement un soulagement psychologique ou une aumône, mais la joie des pauvres d’être évangélisés et bâtisseurs de la nouvelle humanité ».