Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

La confession c’est un peu comme l’entretien d’une voiture

Corepics VOF / Shutterstock
Partager

La confession, l’un des sept sacrements que propose l’Église, semble très nébuleuse pour certains. Pourtant c’est aussi simple que l’entretien d’une voiture.

Si vous avez une voiture, vous savez qu’il est nécessaire de l’entretenir pour pouvoir la garder en « bonne santé ». Contrôle technique tous les deux ans, vérification régulière des niveaux, changement des balais d’essuie-glace, vérification de la pression et de l’usure des pneus… Si vous voulez que votre véhicule dure un tantinet soit peu, c’est nécessaire.

Hé bien la confession, c’est exactement le même principe ! Pour garder le moteur intérieur qu’est son âme d’aplomb et ne pas tomber en panne, il est nécessaire de se laisser régulièrement réconcilier par Dieu en pratiquant le sacrement du pardon. L’Église catholique catholique demande aux fidèles de se confesser au moins une fois par an, si possible avant Pâques, histoire de décrasser ce qui se trouve sous le capot.

Vous trouverez sans problème un bon garagiste de l’âme dans l’église la plus proche de chez vous, vous aurez juste à vérifier les horaires auxquels il est disponible. Et vous avez de la chance : Dieu, lui, ne part jamais en vacances.

YOUCAT CONFESSION
© Mame

Youcat confession, janvier 2020, Mame, 5,95 euros.