Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

So Foot imagine l’équipe type… des papes

Partager

Le magazine So Foot a imaginé un onze de départ et quelques remplaçants choisi parmi les 266 papes de l’histoire. Il en ressort « une solide équipe, qui évolue évidemment en 3-4-3 en croix ».

Un saint Pierre gardien de but, un Jean Paul II en milieu de terrain pour « casser le rideau de fer », un pape François sur le banc « capable d’entrer en jeu sans échauffement à un moment imprévu »… À l’occasion de la fête de saint Pierre, le premier pape de l’Histoire, le 29 juin, le site So Foot a imaginé une équipe type inédite évoluant en « 3-4-3 en croix » uniquement composé par des papes. Un onze jaune et blanc, en somme.

A cet exercice qu’il pratique volontiers sous toute sorte de thème, le magazine, très apprécié des amateurs de ballon rond, s’en tire habilement et avec humour. En effet, de Pierre à François, l’Église a vu défiler pas moins de 266 pontifes aux personnalités variées. Défenseur, numéro 10 ou avant centre, chaque joueur/pontife a été choisi pour occuper un poste en particulier en fonction de son rôle historique, de son caractère supposé ou de ce que rapporte la Tradition à son sujet.

THE SOCCER WE LOVE
Antoine Mekary | ALETEIA | I.Media

Ainsi, saint Pierre, auquel Jésus a confié son Église, se voit confier le rôle de gardien (de but). Léon Ier, qui selon la tradition aurait convaincu en personne Attila de rebrousser chemin, hérite d’un poste de défenseur, parce qu’il a « prouvé qu’il n’avait pas peur d’aller au contact ». Au milieu de terrain, les pontifes qui ont exercé l’art du dialogue ont grâce aux yeux du sélectionneur. A l’instar de Jean Paul II, remarquable dans ses actions pour contribuer à la chute du rideau de fer, ou Jules II qui restera dans l’histoire comme un artiste à sa façon en commandant la chapelle Sixtine à Michel-Ange et en laçant les travaux de la basilique Saint-Pierre.

Sur le front de l’attaque, ce onze atypique compte sur Urbain II, qui a prêché la première croisade et Benoît IX, pape à trois reprises, tout comme Pelé fut trois fois champion du monde. Sur le banc, quelques surprises, comme François, le « remplaçant idéal » capable de remplacer un joueur même quand ce n’est pas prévu, « comme après la démission soudaine de son prédécesseur, » souligne le magazine. Une équipe haute en couleur !