Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

Mgr Aupetit dénonce le retour précipité des débats sur la loi bioéthique

Partager

Dans une tribune publiée mardi 30 juin 2020 dans « Le Figaro », Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, blâme la précipitation du gouvernement à faire adopter le projet de loi bioéthique.

Le projet de loi bioéthique « porte en lui-même des basculements considérables modifiant gravement et dangereusement les fondements de ce que notre civilisation a construit pour le respect de l’homme, de sa dignité, de sa vie et de sa santé », a fustigé Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, dans une tribune publiée dans Le Figaro au moment où le projet de loi bioéthique fait son retour à l’Assemblée nationale. Une décision qu’il juge précipitée et décalée. Soulignant que « la plupart des réformes importantes sont à reporter ou revisiter » et arguant que la crise sanitaire a mis la France « à genoux », le prélat fustige un passage en force « dans la discrétion du mois de juillet ».

Une dérive de la société de consommation

La pandémie « a mis un coup de projecteur supplémentaire sur la tristesse de la situation des Ehpad », estime-t-il, et si le pays est fier de ses soignants, la crise a rappelé à chacun sa propre vulnérabilité ainsi que « la nécessité de revenir à une certaine sobriété » et « la richesse en même temps que la fragilité des relations familiales ». D’où sa stupéfaction face à cette volonté d’arriver à tout prix à bout du projet de loi « comme si rien ne s’était passé ». « Alors que la pandémie a manifesté l’exigence de vaincre nos égoïsmes par l’engagement dans la solidarité, le respect de l’égale dignité de tout être humain demeure une priorité », martèle-t-il en pointant du doigt « le mythe d’une procréation “hors sexe” ».

La production artificielle de gamètes, les avortements sélectifs en cas de grossesse multiples, le fait de distinguer l’assistance médicale à la procréation des difficultés à concevoir… relèvent selon lui d’une dérive de la société de consommation « qui pousse encore et toujours le désir des adultes » au mépris des conséquences qui retomberont sur les générations futures. « Nous savons qu’il faut relancer le commerce et l’industrie, mais pas au prix de la dignité de l’être humain« , s’écrie-t-il, convoquant Jean Paul II et sa défense de la vie dans l’encyclique L’Évangile de la vie. L’archevêque de Paris en appelle donc au « courage » et à la « lucidité » des députés et invite ceux-ci à « remettre en cause ce projet injuste et inégalitaire pour se concentrer sur les vrais problèmes des Français ».