Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 29 novembre |
Bienheureux Bernardo Francisco de Hoyos
home iconTribunes
line break icon

La « morale de l’offense » ou la tyrannie de l’émotion

Erika Cross / Shutterstock

Guillaume de Prémare - Publié le 19/06/20

« Il n’y a que la vérité qui blesse » disait-on naguère. Désormais, il y a « le droit à la sécurité émotionnelle » qui interdit toute vérité blessante.

Cela fait déjà plusieurs années que la sphère intellectuelle et médiatique progressiste se divise sur le sujet de l’antiracisme. Avec l’affaire George Floyd, la fracture est consommée entre « antiracistes universalistes » et « antiracistes racialistes », lesquels font de la race un critère décisif d’identité et la grille de lecture essentielle des rapports sociaux. Cette profonde discorde vient alimenter une autre querelle, à propos de la liberté d’expression. Rédacteur en chef des pages d’opinion du New York Times, la journaliste Bari Weiss a raconté sur Twitter ce qu’elle nomme une « guerre civile » au sein de la rédaction. Ce qui est en cause, c’est la pertinence pour le prestigieux quotidien de publier un certain nombre de tribunes jugées « offensantes » pour les minorités.

Sécurité émotionnelle

Bari Weiss rapporte que la fracture est générationnelle. Les anciens ont recruté des jeunes dont ils croyaient qu’ils partageaient les mêmes options idéologiques progressistes, mais découvrent aujourd’hui que cette jeune garde entend assigner des limites à la liberté d’expression, remettant ainsi en cause le « libertarisme civil » qui régnait jusqu’ici en maître au New York Times. La journaliste explique que ces nouvelles limites à la liberté d’expression se fondent sur un concept qui émerge depuis quelques temps sur les campus aux États-Unis – le safetyism –, qui se définit comme « un droit à la sécurité émotionnelle et psychologique ». Par exemple, si un auteur écrit qu’il n’y a pas de « racisme systémique » et de « privilège blanc », il est réputé blesser les personnes qui subissent ce racisme systémique. Il atteint ainsi leur « droit à la sécurité émotionnelle et psychologique ».




Lire aussi :
Une société d’insécurité morale

La morale de l’offense

Ce « droit » consiste donc à placer hors du champ de la liberté d’expression les opinions jugées offensantes pour la sensibilité de telle ou telle catégorie. Pour résumer l’affaire, les tenants de ce concept affirment : « Tu dois te taire car ce que tu dis me blesses. » La ficelle est assez grosse, mais ses promoteurs tirent sur la corde de manière particulièrement véhémente pour imposer leur censure idéologique par pression morale. C’est ce que Mathieu Bock-Côté, auteur de L’Empire du politiquement correct (Cerf), nomme « la morale de l’offense ». Cette morale est efficace parce qu’elle évite l’examen du fond : la question n’est pas de savoir si telle idée est vraie mais de savoir si elle est offensante. Cette morale liberticide se développe aussi en France bien sûr. On l’observe dans les fréquentes séances de repentance publique, lorsqu’une personne est réputée avoir « dérapé ». Le pénitent ne dit pas : « Après avoir entendu les arguments contradictoires, j’admets que mon opinion est erronée »,  il dit : « Je demande pardon si j’ai pu blesser telle ou telle catégorie de personnes ».

Tyrannie idéologique

Il est vrai que l’expression d’une opinion peut provoquer un choc émotionnel (colère, tristesse, indignation) parce qu’elle remet en cause une chose que l’on place au sommet de sa hiérarchie des valeurs, de son éthique profonde, de son identité de groupe ou même son mode de vie. Toutefois, le choc émotionnel et la blessure font partie de la vie humaine et de la vie sociale, particulièrement dans le domaine de l’expression des opinions. Si l’on part du principe que le débat public est légitime uniquement dans la mesure où il ne blesse personne, alors il n’y a plus de débat public, mais une forme de tyrannie idéologique qui, sûre de sa supériorité morale, fait taire ou délégitime toute expression contraire à ses dogmes.

Chronique publiée en partenariat avec Radio Espérance, 17 juin 2020.

Tags:
libertéPardon
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Jauge de 30 personnes : les catholiques unis ...
Timothée Dhellemmes
"Ridicule", "pathétique", "humiliante"... la ...
Agnès Pinard Legry
Vent debout contre la jauge de 30 person...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
Timothée Dhellemmes
Les évêques fustigent une décision "irréalist...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Monseigneur Matthieu Rougé
Timothée Dhellemmes
Mgr Rougé : "C’est un manquement à la parole ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement