Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 08 mars |
Saint Jean de Dieu
home iconSpiritualité
line break icon

Les stigmates du Christ : un chemin de sainteté unique et extrêmement rare

Timothée Dhellemmes - Publié le 14/06/20

Certains saints, comme François d’Assise ou Catherine de Sienne, ont vécu la Passion de Jésus, au point d’en porter les signes dans leurs corps.

C’est en 1224, sur le mont Alverne, dans le centre de l’Italie, que saint François d’Assise fut marqué pour la première fois des douleurs du Christ en Croix. Tandis qu’il était en prière, il vit descendre du ciel un séraphin aux ailes resplendissantes qui se tenait au-dessus de lui, les mains tendues et les pieds réunis, comme cloué sur une croix. « Tandis qu’il réfléchissait, avec inquiétude, à ce que cette vision signifiait, et qu’il s’angoissait à ne pouvoir la comprendre, les marques des clous commencèrent à se montrer sur ses pieds et sur ses mains », raconte dans Les vies de saint François d’Assise frère Thomas de Célano, lui-même religieux franciscain au XIIIe siècle. « Les têtes des clous, rondes et noires, étaient en dedans des mains et au-dessus des pieds ; les pointes, un peu longues, paraissaient de l’autre côté, se recourbaient et surmontaient le reste de la chair dont elles sortaient. Le côté droit était comme percé d’une lance et le sang s’échappait souvent de la cicatrice », ajoute-t-il. Saint François d’Assise fut le premier à être témoin dans sa chair de ce phénomène extrêmement rare, considéré par l’Église comme un signe d’une union profonde à Dieu.


Padre Pio

Lire aussi :
Le stigmate extrêmement douloureux que Padre Pio a caché toute sa vie

Deux reconnaissances officielles par l’Église

Très prudent sur cette question, le Vatican n’a officiellement reconnu que les stigmates de saint François d’Assise, et celles de sainte Catherine de Sienne. Cette dernière reçut les souffrances du Christ le quatrième dimanche de Carême 1375. D’autres saints connurent également ces blessures, sans pour autant qu’elles ne fassent l’objet d’une reconnaissance officielle. C’est le cas par exemple de Padre Pio, qui partagea les plaies du Christ aux mains, aux pieds et à la poitrine, immédiatement après son ordination sacerdotale, en 1910. Ces blessures ne laissaient aucune trace mais persistèrent toute sa vie. D’après l’historien français Patrick Sbalchiero, auteur des Douze énigmes qui défient la science, quelques dizaines d’autres personnes seulement auraient reçu les stigmates, comme sainte Rita de Cascia ou encore sainte Véronique Giuliani.


Marthe Robin © Foyer de Charité

Lire aussi :
Marthe Robin : celle qui a reçu les stigmates de la couronne d’épines

Tags:
Catherine de Siennepassion du christSaint François d'Assisestigmates
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Arthur Herlin
En Irak, le pape François bouscule les lignes
2
Bérengère Dommaigné
Tibo InShape récidive avec une vidéo chez les sœurs de Boulaur
3
La rédaction d'Aleteia
EN DIRECT – Le pape François de retour à Rome
4
Rachel Molinatti
Irak : chaque matin, Sara, musulmane, va prier devant la Vierge d...
5
La rédaction d'Aleteia
Rencontre d’Ur : la belle prière des enfants d’Abraha...
6
NEWBORN
Mathilde de Robien
Dix prénoms féminins dérivés de Joseph
7
LA BONNE MORT
Père Nathanaël Pujos
Que se passe-t-il au moment de la mort ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement