Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 24 novembre |
Saint Clément Ier
home iconActualités
line break icon

Fin de confinement pour les bébés ukrainiens nés par GPA

GPA UKRAINE

Sergei SUPINSKY / AFP

Une infirmière s'occupe des nouveau-nés dans une clinique de Kiev le 15 mai 2020.

Mathilde de Robien - Publié le 12/06/20

Depuis mi-mai, une centaine de nourrissons nés par GPA en Ukraine attendaient que leurs nouveaux parents puissent venir les chercher. Une démarche désormais possible avec l’ouverture progressive des frontières.

Les autorités ukrainiennes avaient déclaré mi-mai qu’« une centaine de bébés nés de mères porteuses étaient bloqués en Ukraine, leurs parents étrangers ne pouvant venir les récupérer en raison de la fermeture des frontières à cause du coronavirus ». Une situation dont s’étaient indignés les évêques d’Ukraine après la diffusion d’une vidéo montrant une quarantaine de nourrissons « en transit », hurlants dans une chambre de la clinique BioTexCom, à Kiev.

Désormais, les autorités ont autorisé les parents étrangers à entrer dans le pays pour récupérer ces bébés, laissés, depuis leur naissance, aux soins des hôpitaux. 31 couples ont d’ores et déjà pu faire connaissance avec leur enfant, a déclaré Lyudmila Denisova, médiatrice ukrainienne pour les droits de l’homme. Et de se réjouir, sur son compte Facebook, d’avoir pu réunir une famille espagnole dont la petite fille était née il y a cinq semaines… Selon le quotidien The Time, 88 autres familles ont reçu un permis de séjour pour venir en Ukraine dans les prochaines semaines. Faut-il se réjouir ? Pleurer ? « Le malheur de l’enfant ne serait-il pas tout d’abord d’avoir été séparé de sa mère porteuse, séparation rendue manifeste lorsque personne d’autre n’est là pour l’accueillir ? » interrogeait récemment des juristes dans une tribune publiée sur Aleteia.


CHŁOPIEC W OKNIE ŻYCIA

Lire aussi :
Le Covid-19 n’est pour rien dans l’abandon des enfants nés de GPA

Tags:
Coronaviruspma gpa
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
La rédaction d'Aleteia
Célébrer le dimanche 22 novembre à la maison
La rédaction d'Aleteia
L'ultime enregistrement de Michael Lonsdale s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement