Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Covid-19 : un Français sur quatre compte donner plus cette année aux oeuvres

Argent monnaie
Alexphot / Shutterstock
La crise du coronavirus n'a pas provoqué de baisse de dons chez les Français.
Partager

La Fondation Apprentis d’Auteuil a présenté ce jeudi 4 juin les résultats de son baromètre sur la générosité des Français, réalisé par l’institut de sondage Ipsos. Et le résultat est très encourageant : 82% des personnes les plus aisées comptent faire un don cette année.

« La crise aura révélé un élan de générosité sans pareil, sous diverses formes. » C’est le bilan que tire la Fondation Apprentis d’Auteuil, après la publication de son enquête commandée à Ipsos sur « la solidarité à l’épreuve du coronavirus ». Elle a été menée au cours du mois de mai auprès de 1.000 personnes représentatives de la société et 500 dont le revenu net du foyer est égal ou supérieur à 120.000 euros par an.

Un Français sur quatre a fait un don depuis janvier

Premier constat de cette étude : depuis le début de l’année 2020, et donc de la crise sanitaire, un Français sur quatre a effectué un don d’argent à un organisme caritatif. Cela est probablement dû au rôle crucial qu’ils accordent aux associations : 84% considèrent qu’elles joueront un rôle primordial une fois la crise sanitaire terminée. Ainsi, alors que le pourcentage de Français souhaitant donner en 2020 reste le même qu’en 2019 (51%), le deuxième élément significatif de l’enquête est que la part des hauts revenus augmente de 5 points, passant à 82%.

Les dons devraient augmenter

Alors que le don moyen annuel est de 300 euros pour l’ensemble de la population française, contre 2.140 euros pour les hauts revenus, l’enquête révèle qu’un Français sur quatre compte donner plus cette année, voire, beaucoup plus (3%). Pour Stéphane Dauge, directeur de la communication et de la collecte d’Apprentis d’Auteuil, « les Français sont convaincus que l’impact économique et social de cette crise sera considérable et ils ont raison (…) Les familles précaires ressortent encore plus fragilisées, le nombre de décrocheurs scolaires est de plus en plus élevé, et l’insertion des jeunes s’annonce comme le défi le plus important qu’il faudra relever ».

Tout comme les autres organismes caritatifs, la Fondation Apprentis d’Auteuil espère que cet élan de générosité va se poursuivre. Il devrait en tout cas être favorisé par les mesures d’incitations fiscales votées au mois d’avril : le plafond permettant de bénéficier d’une réduction de 75% sur l’impôt sur le revenu en 2020 a en effet été relevé de 552 à 1000 euros.