Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

États-Unis : des policiers, genoux à terre, prient pour la paix

À Lexington (Massachusetts), manifestants et policiers prient ensemble.
Partager

La violence a gagné certaines villes des États-Unis à la suite de la mort brutale de George Floyd, un Afro-américain, tué au cours d’une arrestation policière. Certains policiers ont manifesté leur soutien aux manifestants et prié pour la paix.

Les manifestations se multiplient aux États-Unis depuis quelques jours à la suite du décès de George Floyd, un Afro-américain de 46 ans mort le 25 mai 2020 après avoir été malmené lors d’une arrestation policière d’une rare brutalité. Après sa mort, des mouvements de rébellion contre les violences policières ont rapidement gagné sa ville de Minneapolis, où un commissariat a été incendié, puis le pays tout entier, au point que Donald Trump a menacé de déployer l’armée afin de « régler rapidement le problème ». Dans plusieurs villes, comme à Coral Gables (Floride) le 30 mai ou à Lexington (Massachusetts), des policiers ont assuré les manifestants de leur solidarité et de leur prière en mettant un genou à terre.

Le geste du genou à terre, popularisé en 2016 par le joueur de football américain Colin Kaepernick, est devenu un symbole de protestation contre les violences policières aux États-Unis. Certains policiers ont accompagné leur geste de prières pour la paix, l’assortissant de puissants « Amen », comme en témoignent quelques vidéos.

Des mouvements de prière ont également été organisés dans diverses villes du pays, notamment par des membres du clergé. À El Paso, au Texas, Mgr Mark Seitz, l’évêque des lieux, a organisé une veillée de prière en mémoire de George Floyd. Plusieurs prêtres se sont agenouillés durant 8 minutes et 46 secondes, ce qui équivaut au temps durant lequel George Floyd est resté bloqué tandis que le genou du policier qui le malmenait l’empêchait de respirer, conduisant ainsi à sa mort. Sur Twitter, le 29 mai, Mgr Bernard Hebda, archevêque de Saint Paul et Minneapolis, a invité les fidèles à couvrir la ville de leurs prières et à publier des photos d’eux en train de prier. La mobilisation s’est largement répandue.