Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 04 décembre |
Sainte Barbe
home iconActualités
line break icon

La prolongation temporaire des délais d'IVG rejetée de justesse au Sénat

Shutterstock

Le Sénat, Palais du Luxembourg à Paris, en juillet 2019.

Domitille Farret d'Astiès - Publié le 29/05/20

Dans le cadre du projet de loi portant sur les dispositions urgentes face à l'épidémie de Covid-19, la sénatrice Laurence Rossignol a proposé d'allonger temporairement le délai des avortements de 12 à 14 semaines. Une proposition qui a été rejetée de peu par le Sénat.

Non, les délais d’IVG ne passeront pas de 12 à 14 semaines pendant la durée de la crise sanitaire du Covid-19. Après débat, la proposition a finalement été rejetée par le Sénat à treize voix près jeudi 28 mai 2020. L’amendement de la sénatrice socialiste Laurence Rossignol a recueilli 143 voix pour et 156 voix contre, parmi lesquelles une majorité de Républicains et d’Indépendants.

Laurence Rossignol, qui avait déjà essayé en juin 2019 de faire voter un amendement allongeant le délai légal à quatorze semaines de grossesse, avait tenté de réintroduire un amendement équivalent le 19 mars 2020 au moment des premières lois d’urgence sanitaire. Les Associations familiales catholiques (AFC) avaient alors dénoncé un « procédé scandaleux », et ce « au moment où le pays entier cherche à sauver des vies ». Le gouvernement avait pour sa part repoussé l’amendement au motif qu’il n’aiderait pas à « aborder sereinement la question prééminente de l’état d’urgence sanitaire ».

« Nous ne pourrons jamais revenir en arrière »

« C’est un amendement qui est totalement circonscrit sur la période de la crise sanitaire, plus trois mois », a fait valoir Laurence Rossignol au cours des débats, arguant que « la crise sanitaire avait eu un effet délétère sur l’accès à l’IVG et les grossesses non désirées ».

Les réactions ne se sont pas faites attendre. « Je suis sensible à la détresse des grossesses non voulues », a lancé Sophie Primas (LR), « mais on n’est pas en train de proroger un dispositif fiscal […]. On est en train de parler d’un être de 12 semaines ou de 14 semaines ». « Nous savons pertinemment que si nous prenons cette décision, nous ne pourrons jamais revenir en arrière », a argué pour sa part la rapporteure LR de la commission des Lois Muriel Jourda.


olivier-veran-000_1qa91q.jpg

Lire aussi :
Le coronavirus va-t-il limiter les avortements ?

Tags:
AvortementBioéthiqueCoronavirus
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
saint sulpice messe
Agnès Pinard Legry
Une nouvelle jauge "contraignante" mais "appl...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Sauvetage Kevin Escoffier Vendée Globe
Timothée Dhellemmes
"Ta vie était plus importante que notre Vendé...
Domitille Farret d'Astiès
Olivier Giroud a une bonne nouvelle à annonce...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement