Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

En Pologne, des masques blancs « Première Communion » font leur apparition

Łukasz Solski/East News
Partager

Les mois de mai et de juin sont souvent consacrés dans les paroisses aux premières communions. En Pologne, des masques de première communion ont fait leur apparition. Loin d’être de simples accessoires, ils rappellent la réalité de ce sacrement.

S’agira-t-il du prochain masque à la mode ? Confinement oblige, la saison des premières communions, qui a généralement lieu aux mois de mai et juin, a été décalée. Selon les paroisses, les premiers communiants se sont vus donner de nouvelles dates, tantôt en juin, tantôt à la rentrée de septembre. Aux paroisses de s’organiser selon leurs réalités de terrain. À Sarreguemines (Moselle), où le report est prévu pour les mois de septembre ou octobre 2020, l’abbé Pierre Guerigen a adressé une lettre aux enfants qui se préparaient à ce temps fort de leur vie chrétienne. S’adressant personnellement à chacun, il écrit : « Je te promets de tout mettre en œuvre pour que tu puisses vivre cette Première Communion dès que possible, quand il redeviendra possible de se réunir pour que tu puisses recevoir Jésus dans ton cœur ». Le prêtre propose aux enfants de choisir avec leurs parents une date parmi celles qu’il propose pour que le sacrement puisse se vivre soit au cours d’une messe dominicale, soit au cours d’une messe spéciale.

Dans la mesure où les messes sont fortement bousculées avec notamment le port du masque obligatoire, en Pologne, des masques blancs « Première Communion » avec une broderie représentant les lettres IHS – ancienne abréviation du nom de Jésus – de couleur or ont fait leur apparition. À côté des initiales, on distingue une gerbe de blé et une grappe de raisin ainsi qu’une coupe, surmontés d’une grande croix. Une façon de rappeler combien ce sacrement est lié au sacrifice d’amour du Christ pour chacun d’entre nous. Ces masques peuvent être confectionnés manuellement par des mains habiles. Leur avantage est qu’ils permettent de respecter les règles sanitaires tout en restant dans le ton, puisque les enfants sont généralement habillés de blanc pour leur première communion. Loin d’être un simple accessoire de mode, leur design redit l’essentiel de la Sainte Communion.