Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

La messe en 2020, prétexte à se faire apôtre de la joie

Capture Facebook / Solen de la Turmeliere
Partager

À l’heure de la reprise des messes et des règles sanitaires qui les accompagnent, les catholiques trouvent le moyen de s’en amuser de façon à porter là-dessus un regard résolument positif.

L’Église fête le 26 mai saint Philippe Néri, patron des humoristes. Surnommé « l’apôtre de la joie », ce prêtre italien du XVIe siècle à la joie désarmante connu pour son caractère fantasque alliait une foi immense et un sens de l’humour désopilant. Un sens de l’humour que les chrétiens, bien que soumis à des consignes sanitaires draconiennes, ne semblent pas prêts à abandonner. Heureux de pouvoir reprendre le chemin de la messe depuis quelques jours, ils sont nombreux à relever qu’elles sont célébrées dans un climat bien particulier : port du masque, distanciation sociale, usage de gel hydro-alcoolique… Et plutôt que de déplorer une liturgie malmenée, ils préfèrent prendre un peu de recul par l’humour, comme en témoignent plusieurs publications sur les réseaux sociaux.

À l’image de ce post Facebook qui met en scène une rangée de chaises condamnée avec un panneau indiquant : « Rangée condamnée prions pour ses péchés ».

« Et vous, le gel et le froid, bénissez le Seigneur », tweetait Mgr Emmanuel Gobilliard, évêque auxiliaire du diocèse de Lyon, à côté d’une image montrant un calice et un flacon de solution hydroalcoolique.

Sur le groupe Facebook Neurchi de memes cathos – NDMKto, de nombreuses publications font référence à cette période de déconfinement. Comme celle montrant un prêtre qui a les traits de Joey Tribbiani, l’un des protagonistes de la série Friends, réjoui quand il retrouve « la messe en public dans l’église » et effaré quand il retrouve « le son du bébé qui pleure pendant la consécration ».

© Charles Perrin

Un autre internaute publie une photo brouillée comme s’il y avait de la buée avec ce commentaire : « Parce que c’est un fléau dont on ne parle pas assez, unissons notre prière pour les malheureux qui doivent porter un masque et des lunettes pendant la messe… #jesuisbigleux ». Effectivement, on ne pense pas assez aux porteurs de lunettes… Enfin, un internaute souligne avec humour que la plus grosse différence avec la messe classique, « c’est que tout le monde était à l’heure ».