Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 29 novembre |
Bienheureux Bernardo Francisco de Hoyos
home iconActualités
line break icon

Les prêtres sont dans les starting-blocks pour reprendre les messes

MASS

A. Vombergar

Une messe en Slovénie pendant l'épidémie de Covid.

Bérengère Dommaigné - Publié le 22/05/20

Dans l'attente de la publication du décret précisant les règles de sécurité sanitaire à mettre en place lors des messes publiques, de nombreux prêtres l'assurent : ils sont prêts.

Depuis que l’injonction du Conseil d’État obligeant l’exécutif à autoriser, sous huit jours, la reprise des messes publiques, de nombreux catholiques patientent pour savoir quand ils pouvoir retourner à la messe. Certains chanceux ont déjà pu retrouver leurs églises depuis le début du déconfinement le 11 mai dernier. En effet, dans plusieurs diocèses, il est laissé à l’appréciation des prêtres d’organiser des messes de 10 personnes maximum. Ce que fait par exemple un prêtre de Lyon contacté par Aleteia. « Nous avons décidé de proposer à nos bénévoles de venir à nos messes en semaine, équipe mariage, équipe baptême, équipe ménage, chacune est invitée par WhatsApp à une date précise ». Un autre prêtre de Montpellier se rend quant à lui, chez les particuliers, pour des messes à domicile. « Dans ce cas, nous ne sommes que cinq ou six, la famille au sens strict, mais parfois nous étions dix quand nous pouvions profiter d’un jardin ».




Lire aussi :
Du confinement à la liberté

De l’avis de plusieurs diocèses interrogés par Aleteia, le constat est le même partout. Les prêtres et leurs équipes sont prêts à célébrer à  nouveau des messes. « Les mesures sanitaires appliquées ailleurs sont connues. Les prêtres ont eu le temps de préparer leurs églises. Dès que nous aurons le feu vert, les messes reprendront aussitôt ! » assure le diocèse de Montpellier.

Trouver le temps de nettoyer entre deux messes

La seule ombre au tableau que les prêtres font savoir à leur diocèse, le « risque de la frustration ». « Comment allons nous faire pour accueillir tout le monde ? » s’inquiète l’un d’entre eux. Certes, l’idée de dire plusieurs messes à la suite fait son chemin, mais il y a tout de même des limites, physiques et matérielles. « Je suis prêt à dire trois messes à la suite, bien sûr, mais il est vrai qu’on peut être fatigué ou moins investi à la dernière. Or il s’agit du sacrifice suprême, nous devons y être totalement impliqué », confesse l’un d’eux. Ce prêtre de la Sarthe envisage donc de dire deux messes le samedi soir, et trois le dimanche matin.

Jamais autant que ces deux derniers mois, je n’ai mesuré l’importance de mon sacerdoce, j’ai choisi de suivre Jésus pour donner, je veux donner ! »

L’autre interrogation concerne cette fois les limites matérielles, qui concerneraient plutôt les paroisses en ville. « Il faudra bien que nous ayons le temps de nettoyer l’église entre deux messes, voire de la laisser s’aérer quelques heures », constate un curé de Rennes, ce qui limiterait de facto le nombre de messes le dimanche. Une problématique qui devrait moins toucher les paroisses rurales : « Avec les 26 clochers de ma paroisse, je n’ai que l’embarras des lieux, pour dire plusieurs messes par jour, mais dans des églises différentes ! », s’amuse un curé dans l’Orne.

Que les contraintes soient humaines ou matérielles, tous l’assurent, cela n’est rien par rapport au manque de messes avec leurs paroissiens qu’ils ont hâte de retrouver, quelles que soient les mesures. « Jamais autant que ces deux derniers mois, je n’ai mesuré l’importance de mon sacerdoce, j’ai choisi de suivre Jésus pour donner, je veux donner ! » conclut un curé sarthois.




Lire aussi :
Après la décision du Conseil d’État, quand reprendront les messes ?




Lire aussi :
Les fidèles étaient à l’heure pour la « messe en voiture » à Châlons-en-Champagne




Lire aussi :
Déployer une pastorale de la visitation

Tags:
déconfinementMesse
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Jauge de 30 personnes : les catholiques unis ...
Timothée Dhellemmes
"Ridicule", "pathétique", "humiliante"... la ...
Agnès Pinard Legry
Vent debout contre la jauge de 30 person...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
Timothée Dhellemmes
Les évêques fustigent une décision "irréalist...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Monseigneur Matthieu Rougé
Timothée Dhellemmes
Mgr Rougé : "C’est un manquement à la parole ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement