Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Les lieux de la Bible : Samarie, orgueilleuse capitale du royaume d’Israël

Partager

Samarie a été une capitale rayonnante, celle du royaume d’Israël. Pourtant, cette métropole puissante resta sourde aux appels des prophètes, alors même qu’Élie, Osée ou encore Amos n’ont eu de cesse de l’inviter à craindre Dieu. La splendide capitale édifiée entièrement par les Israélites versera dans les excès de son opulence et l’idolâtrie de faux dieux…

Samarie est née des désirs d’un roi d’Israël au IXe siècle av. J.-C., Omri, sixième monarque du royaume du Nord après le schisme. Celui-ci souhaita sa capitale belle et rayonnante, la plus fastueuse au monde. Le Premier Livre des Rois dans la Bible relate avec forts détails cette naissance dispendieuse souhaitée par le monarque (1R 16,24) :

Puis il acheta le mont de Samarie à Sémer, au prix de deux lingots d’argent. Il fortifia la montagne et donna à la ville qu’il avait bâtie le nom de Samarie, du nom de Sémer, le maître de la montagne.

Bâtie sur la montagne, ses versants abondent de vignes alors que les plaines à ses pieds ne sont que champs d’oliviers. La prospérité de Samarie ne cessera alors de croître avec celle de son roi, Omri, grand bâtisseur en ces lieux dont les édifices sont passés à la postérité comme ce palais royal somptueux, un temple tout aussi grandiose, une acropole fortifiée sans oublier d’immenses citernes protégeant de précieuses réserves d’eau en l’absence de sources naturelles. Sa luxuriance devint proverbiale et dépassa vite ses frontières ; Nouveau jardin d’Éden à la gloire d’un homme qui en oubliera cependant également aussi vite son Dieu…

Une arrogance condamnée

Cette splendeur incontestable mais ostentatoire de Samarie allait effectivement être condamnée par les prophètes qui en dénonceront tous les excès ; Ainsi, la Bible rapporte-t-elle : « Omri fit ce qui est mal aux yeux du Seigneur ; il agit plus mal encore que tous ceux qui l’avaient précédé. Il marcha dans tous les chemins de Jéroboam, fils de Nebath, en imitant le péché que celui-ci avait fait commettre à Israël, au point de provoquer l’indignation du Seigneur, Dieu d’Israël, par leurs vaines idoles« .

Omri a en effet succombé au péché des idoles et aux commandes fastueuses aux dépens de son peuple, oubliant le seul et unique Dieu d’Israël. Le prophète Amos condamnera, plus particulièrement, ces errements et encouragera ses contemporains à revenir à la foi de leurs pères par la repentance. Amos exprimera cette condamnation et la colère de Dieu en ces termes (Am 5,11) :

C’est pourquoi, vous qui avez pressuré le faible et prélevé sur lui un tribut de blé, les maisons que vous avez bâties en pierre de taille, vous n’y habiterez pas, les vignes exquises que vous avez plantées, vous n’en boirez pas le vin. Oui, je connais vos nombreux crimes, vos énormes péchés, oppresseurs du juste, preneurs de pots-de-vin ; au tribunal les malheureux sont écartés. […] Cherchez le bien et non le mal, afin de vivre. Ainsi le Seigneur, Dieu de l’univers, sera avec vous, comme vous le déclarez. Détestez le mal, aimez-le bien, faites régner le droit au tribunal ; peut-être alors le Seigneur, Dieu de l’univers, fera-t-il grâce à ce qui reste d’Israël.

WEB2-OMRI-WIKIPEDIA
Domain public
Omri, d'après le Promptuarii Iconum Insigniorum (1553).

Le jugement du prophète Isaïe sera lui aussi tout aussi implacable et sans appel : « Malheur ! Samarie, insolente couronne des buveurs d’Éphraïm, fleur qui se fane, splendide parure, dominant une vallée plantureuse ! Vous êtes assommés par le vin ! » (Is 28,1).

Mais, l’opulente Samarie plongée dans l’idolâtrie, l’orgueil et l’arrogance pouvait-elle encore entendre la voix des prophètes ?

Le culte de Baal au cœur de Samarie

Tous le savent malheureusement que trop bien, la voix des prophètes est rarement entendue… Et un sanctuaire en l’honneur de Baal fut même édifié au cœur de la capitale d’Israël par le fils d’Omri, Achab, qui régna à sa suite. Le récit biblique souligne que « Achab, fils d’Omri, fit ce qui est mal aux yeux du Seigneur, plus encore que tous ceux qui l’avaient précédé. Son moindre tort fut d’imiter les péchés de Jéroboam, fils de Nebath, car il prit pour femme Jézabel, fille d’Ethbaal, roi des Sidoniens, et il alla servir Baal et se prosterner devant lui. Il lui dressa un autel, dans le temple de Baal qu’il avait construit à Samarie ». (1R 16, 30-31)

CC / Wikimedia 4.0

Somptueuse et fortifiée d’orgueil, deux sièges n’arriveront cependant pas à venir à bout de cette place forte aux puissants remparts. Ce ne sera que sous les assauts de l’invincible armée assyrienne menée par Salmanasar V que la cité cédera (732-724). Le roi Osée sera alors fait prisonnier et des milliers d’Israélites déportés. À leur place, à Samarie même, s’installeront alors les Samaritains, un peuple biblique auquel les Évangiles feront souvent référence…