Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

L’étonnant ange thuriféraire de la cathédrale de Chartres

Partager

[LES ANGES] 800 ans après leur installation, les vitraux de Chartres nous offrent toujours leurs couleurs lumineuses, sur 2.600 m2 ! Comment en faire le tour en un coup d’œil ? Parmi les innombrables figures des vitraux de la cathédrale, notre chroniqueuse vous propose aujourd’hui de s’attarder sur un personnage en particulier, un ange thuriféraire, qui encense l’Enfant-Dieu et sa mère.

On ne le remarque peut-être pas au premier regard en entrant dans la cathédrale de Chartres aux 172 baies et 2.600 m2, mais il occupe une place de choix, près de Marie, portant Jésus, dans l’abside. Placé à la droite de la Vierge, cet ange thuriféraire l’encense, signe de la sainteté de l’Enfant-Dieu et de sa mère.

Domaine public

L’encensoir semble en mouvement, dans ce balancement si caractéristique que permet la chainette qui le retient. L’encensement est le signe du caractère sacré de la personne ou de l’objet vers lequel se tourne le thuriféraire (mot qui signifie porte-encens).

C’est ici le mystère de l’incarnation qui est honoré, dans l’image de la Vierge à l’Enfant. Le parfum qu’il dégage en brûlant monte vers le ciel comme la prière des fidèles. « Que ma prière devant toi s’élève comme un encens », nous rappelle le psaume 140. C’est ici l’occasion de montrer un précieux travail d’orfèvrerie, une sphère s’ouvrant en son milieu, reposant sur un pied, et percé d’orifices laissant passer le parfum.

Domaine public

Dans sa main gauche, l’ange thuriféraire porte une navette, une petite boîte en forme de nef contenant l’encens, ce parfum si précieux qu’il avait plus de valeur que l’or au temps de Jésus.

Les ailes au messager céleste sont déployées, l’une pointant vers le ciel, l’autre, vers la terre, signe d’une mission : elles indiquent que l’ange est un intermédiaire entre Dieu et les hommes, entre le ciel et la terre.

Domaine public

Pour montrer sa jeunesse éternelle, puisqu’il est pur esprit, il est figuré jeune, la chevelure abondante. Sa sainteté est signifiée par une auréole rouge bordée de bleu. Pieds nus, il est vêtu d’une tunique verte et d’un manteau marron. Il se dégage d’un fond bleu, de ce merveilleux bleu si caractéristique des verrières de Chartres, tandis qu’un entrelac sur fond bleu et rouge orne les bordures, avec un décor de fleurs stylisées. Des colonnes l’encadrent, se prolongeant en une ville fortifiée rappelant la Jérusalem céleste.

Domaine public
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]