Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Le 18 mai prochain la messe quotidienne du pape François aura un caractère exceptionnel

VATICAN MEDIA / AFP
Partager

À l’occasion du centième anniversaire de la naissance de saint Jean Paul II ce lundi 18 mai, le pape François célèbrera l’Eucharistie devant la tombe de saint Jean Paul II, à l’intérieur de la basilique Saint-Pierre. Cette journée marquera également la reprise des messes publiques en Italie, et la fin de la retransmission quotidienne du pape à depuis la chapelle de la résidence Sainte Marthe inaugurée avec la pandémie.

Ce lundi 18 mai, cela fera 100 ans jour pour jour que Karol Wojtyla est né, à Wadowice, petite ville de 20.000 habitants, à 50 kilomètres à l’ouest de Cracovie. Afin de marquer cette date anniversaire, le pape François célèbrera exceptionnellement sa messe de matinale devant la tombe de saint Jean Paul II, à l’intérieur de la basilique Saint-Pierre. Ce rendez-vous marquera également la fin des retransmissions en direct de la messe quotidienne depuis la chapelle de la résidence Sainte Marthe. Depuis le 9 mars dernier, pape François avait accepté que sa messe soit diffusée tous les matins sur les médias du Vatican pour permettre au plus grand nombre d’y assister, faute de pouvoir se déplacer.

Reprise des messes publiques en Italie le 18 mai

Le choix du Saint-Siège de ne plus retransmettre la messe du Pape à compter du 19 mai prochain est guidé par la volonté affichée du pontife que le peuple de Dieu retrouve une « familiarité communautaire avec le Seigneur », à travers les sacrements, la liturgie dominicale et la fréquentation quotidienne du Seigneur et de sa Parole dans les églises. En Italie, les prêtres seront de nouveau autorisés à célébrer en public à partir du 18 mai, comme c’est déjà le cas en Allemagne, en Pologne ou en Espagne. En France, la date officielle de reprise du culte public n’a pas encore été fixée, mais Edouard Philippe s’est dit « prêt à étudier » une reprise des offices religieux dès le 29 mai, au lieu du 2 juin comme annoncé initialement.