Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Lourdes, Lisieux, Cotignac… la pandémie, un désastre pour les sanctuaires

WEB2-LOURDES-CORONAVIRUS-AFP-000_1q125g.jpg
Le sanctuaire de Lourdes lors du confinement.
Partager

Annulations de pèlerinages et de retraites, fermetures pures et simples, chute des dons… les grands sanctuaires, ces lieux de grâces si chers au cœur des Français et des pèlerins étrangers, sont en grand péril. Pourtant, jamais leur prière n’a été plus nécessaire. Aleteia a enquêté.

Des esplanades noires de monde, des milliers de lumignons en procession dans la nuit, des chants à Marie lancés d’un seul cœur par des foules de pèlerins de tous les pays, des sacrements célébrés en permanence… voilà ce que la crise du covid-19 a stoppé d’un coup dans les sanctuaires. Un exemple : à Alençon, depuis le 17 mars, la maison de la famille Martin est fermée au public. Le tout nouveau bâtiment d’accueil ouvert en avril 2019 n’héberge plus personne. Le pont sur lequel Louis et Zélie Martin se sont rencontrés pour la première fois ne voit plus de couples s’échanger de lettre d’amour. « Notre activité d’accueil de pèlerins et de familles est à zéro depuis mars et jusqu’en juin. Nous espérons ensuite avoir 25% d’activité en juillet et en août et être à 50% de septembre à décembre« , nous confie Damien Thomas, secrétaire général du sanctuaire.

Des sanctuaires désertés

À Lourdes, Mathias Terrier, directeur de la communication du sanctuaire, doit composer avec une fermeture totale du site. Si l’heure du déconfinement a sonné le 11 mai, les négociations sont en cours avec le préfet sur les conditions de la réouverture. « Le sanctuaire entrevoit une saison quasi blanche, et dépourvue de la présence des pèlerins malades« , explique-t-il. En Bourgogne, la petite ville de Paray-le-Monial devait célébrer cette année en grande pompe le centenaire de la canonisation de sainte Marguerite-Marie. Des religieuses de la Visitation du monde entier étaient attendues en juin. Tout a été annulé. Les fidèles peuvent cependant suivre les célébrations sur le site de Paray dès le 13 mai sur la chaîne Youtube du sanctuaire. « Les sessions animées par la communauté de l’Emmanuel qui rassemblent l’été des milliers de personnes n’auront pas lieu au format habituel. Nous allons aussi proposer de vivre Paray autrement« , annonce Bertrand de Ruffray, directeur du sanctuaire.

SAINT THERESE OF LISIEUX
Mercy McNab | Aleteia
La basilique Sainte-Thérèse de Lisieux.

Deuxième plus grand sanctuaire de France, Lisieux a été confronté à une baisse de la fréquentation bien avant le 17 mars. « Près de quatre-cents groupes, dont beaucoup d’Asiatiques avaient déjà annulé ou reporté leur venue« , indique Emmanuel Houis, secrétaire général du sanctuaire. « Par rapport aux deux années précédentes, nous avons perdu entre le 17 mars et le 11 mai près de 208.000 visiteurs. Dans la saison, nous accueillons des pèlerins venus du monde entier, mais l’été les touristes affluent. Les premiers ont une forte demande spirituelle (prière, sacrements, approfondissement de la foi. Auprès des seconds, nous avons une mission de première évangélisation pour leur permettre de faire l’expérience du Seigneur. Nous voulons leur donner cette chance d’entrer dans la basilique en touriste et d’en ressortir en pèlerin. » Même en période de crise, la mission n’attend pas.

Public Domain
Cotignac.

À Cotignac, lieu d’apparition de saint Joseph et de la sainte Vierge, tous les pèlerinages ont été annulés, dont le célèbre pèlerinage diocésain à saint Joseph qui attire habituellement 5 à 6.000 personnes à l’occasion de sa fête au mois de mars. « Outre les grands pèlerinages, l’activité habituelle de retraites de préparation au mariage ou aux sacrements n’a pas pu avoir lieu », déplore Gaëtan Guiller, le président de l’association des pèlerins de Notre-Dame de Grâces. « Jusqu’en juillet, il n’y aura rien. Nos sessions familiales d’été seront organisées sous un nouveau format pour tenir compte des contraintes de sécurité sanitaire. Nous voulons permettre aux personnes de venir. »

Des pertes financières préoccupantes

« Cette année, voire les suivantes seront difficiles« , avertit le père Christian-Marie, dominicain, président de l’Association des Recteurs de Sanctuaires (ARS). Partout, le personnel est au chômage partiel, le recrutement de saisonniers a été annulé et les ressources se sont taries du jour au lendemain. Lourdes annonce une perte de huit millions d’euros : « 90% des rentrées proviennent des pèlerinages, des dons effectués sur place et des achats effectués dans notre librairie-boutique », explique Mathias Terrier. Il s’inquiète aussi de l’impact de la fermeture du sanctuaire sur toute la ville de Lourdes. Alençon table sur un déficit total d’activité de 33% cette année. « Les quêtes étaient déjà en baisse importante depuis deux ans. Cette année, nous en avons perdu 50%« , regrette le père Christian-Marie qui est aussi recteur de l’Oratoire de la Sainte-Face à Tours.

Une situation d’autant plus inquiétante que certains lieux sont déjà fragiles comme par exemple le Puy-en-Velay ou Alençon qui ont déjà lancé une campagne d’appel aux dons ou encore Lourdes qui venait tout juste de revenir à l’équilibre après deux années de redressement économique. Ici ou là, des travaux avaient été engagés. S’ils ne peuvent pas être annulés, ils seront reportés ou rééchelonnés mais il faut bien payer les tranches déjà terminées.

Malgré la crise, les sanctuaires ont poursuivi leur mission

Lieux de pèlerinage, les sanctuaires sont d’abord des hauts-lieux de prière et d’intercession. Ni les guerres, ni les virus ne peuvent arrêter cette vocation. À la basilique de Montmartre, les bénédictines du Sacré-Cœur ont pris le relais des adorateurs pour que la chaîne d’adoration perpétuelle lancée en 1885 ne s’interrompe pas. À Lisieux, la messe est célébrée tous les jours à la basilique, pourtant fermée au public. À la grotte de Lourdes, « la communauté des chapelains a organisé la prière continue dans plusieurs langues du matin au soir relayée par TV Lourdes, par une chaîne américaine et une chaîne italienne ainsi que par les radios chrétiennes. Au total, nous estimons à trois millions les personnes qui suivent cette prière« , se félicite Mathias Terrier.

PARAY-LE-MONIAL
Jean-Louis Zimmermann
La basilique du Sacré-Cœur de Paray-le-Monial.

La basilique du Sacré-Cœur de Paray-le-Monial assure aussi des temps de prière auxquels on peut s’associer en se connectant à la chaîne du sanctuaire. Des milliers d’intentions de prières sont aussi envoyées aux sanctuaires (à Lourdes, on en reçoit 2.000 par jour). Des personnes demandent aussi que des cierges soient déposés pour elles. Les communautés de chanoines, de religieux et de religieuses, de prêtres les portent devant le Seigneur par l’intercession de la Vierge Marie ou d’un saint.

Comment aider les sanctuaires ?

« Ce n’est pas parce qu’on a l’impression qu’un bâtiment tient debout qu’il ne nécessite pas d’entretien », explique le père Christian-Marie. « Même si cette année, vous n’allez pas à en pèlerinage dans un sanctuaire, il faut permettre aux lieux de rester en bon état pour pouvoir vous accueillir dès que ce sera possible. » Concrètement, il suffit d’aller sur le site d’un sanctuaire pour faire un don en ligne ou envoyer un chèque à l’adresse du sanctuaire. Si vous ne pouvez pas faire votre pèlerinage habituel, pourquoi ne pas le faire virtuellement ? Choisissez un jour, connectez-vous au site du sanctuaire, suivez les offices, sélectionnez un ou plusieurs enseignements, dites votre chapelet et… n’oubliez pas la quête et l’offrande que vous auriez donnée habituellement !

« C’est un véritable appel à l’aide que le sanctuaire adresse à tous. »

Peut-être avez-vous eu un jour besoin de vous ressourcer dans un sanctuaire ? Aujourd’hui ce lieu a besoin de vous : « C’est un véritable appel à l’aide que le sanctuaire adresse à tous ceux qui aiment Lourdes et qui considèrent qu’il fait partie de leur patrimoine spirituel« , s’exclame Mathias Terrier. Peut-être y avez-vous reçu des grâces ? « Exprimez votre reconnaissance. Faites un don petit ou grand : vous permettrez que d’autres personnes soient touchées à leur tour« , suggère le père Christian-Marie. Ainsi cet homme « dont le couple a été sauvé par l’intercession des saints Louis et Zélie Martin. Il nous a envoyé une importante offrande« , témoigne Damien Thomas. « Depuis la création du sanctuaire à Lisieux, nous essayons de répondre à notre vocation missionnaire« , raconte de son côté Emmanuel Houis. « Nous faisons l’expérience que le Seigneur est généreux. Nous sommes très touchés par la générosité des fidèles. La basilique tient debout grâce aux dons de la veuve et de l’orphelin. C’est une page d’Évangile qui prend vie ! »

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]