Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Le Pape prie pour une Europe fraternelle

POPE HOLY MASS 10 MAY
capture/Youtube/Vatican News
Le pape François lors la messe quotidienne de Sainte-Marthe, dimanche, le 10 mai 2020
Partager

Au lendemain de la commémoration de la déclaration de Robert Schuman, le pape François a prié pour que l’Europe puisse grandir « dans cette unité de fraternité », lors de sa messe quotidienne à la Résidence Sainte-Marthe du 10 mai 2020. Dans son homélie, le Souverain pontife a rappelé aussi l’importance de la prière, « le premier devoir » à accomplir pour un évêque.

« Ces jours-ci, deux commémorations ont eu lieu », a rappelé le pape François au début de sa messe de 5e dimanche de Pâques à Sainte-Marthe. Il a évoqué le « 70ème anniversaire de la déclaration de Robert Schuman qui a donné naissance à l’Union Européenne » (prononcée par Robert Schuman, ministre des affaires étrangères français, le 9 mai 1950 proposant la création d’une Communauté européenne du charbon et de l’acier, ndrl), et la commémoration de la fin de la Seconde guerre mondiale il y a 75 ans le 8 mai. Ses pensées étaient en premier tournées vers l’Europe :

« Demandons au Seigneur que l’Europe puisse grandir unie dans cette unité de fraternité qui fait croître tous les peuples », a-t-il appelé.

C’est la troisième fois en moins d’un mois que le pontife argentin prie pour l’Europe lors de sa messe quotidienne.

Dans son homélie de l’Évangile du jour (Jn 14, 1-12), le pape a par ailleurs expliqué que Jésus ouvre « les portes de la toute-puissance de la prière ». Le Christ explique qu’il peut « tout », en implorant la « confiance du Père ». Prier, c’est « aller avec Jésus vers le Père », « c’est lutter » avec courage et franchise, a rappelé le pontife.

Sans la prière l’Église ne peut pas survivre

La prière conduit l’Église, a poursuivi le chef de l’Église catholique. « Sans cette ascension vers le Père », celle-ci « ne peut survivre car c’est Dieu qui agit en son sein par l’action de l’Esprit saint. Les fidèles sont « tout petits » devant cette réalité.

«« Quand quelque chose prend plus de place que la prière dans la vie d’un évêque, cela ne va pas »»

Parce qu’il est le chef de la communauté, « le premier devoir de l’évêque est de prier », a poursuivi le Pape en s’appuyant sur les paroles de Pierre dans la première lecture (Ac 6, 1-17) : « Nous resterons assidus à la prière et au service de la Parole ». Il a déploré l’attitude de certains « bons évêques » affairés qui ne donnent pas à la prière « la première place ». « Quand quelque chose prend plus de place que la prière » dans la vie d’un évêque, « cela ne va pas », a-t-il appuyé.

Dans ce passage des Actes des apôtres, Pierre a « inventé » les diacres, a encore expliqué l’évêque de Rome. Pour prendre soin du peuple dont les apôtres « n’avaient pas le temps » de s’occuper, il a choisit des hommes pour écouter « les besoins » et « problèmes » des gens. En cela, les diacres sont les « gardiens » du service, a-t-il conclut.