Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Foyers de charité : ce qu’il faut savoir du rapport sur le père Georges Finet

Foyers de charité
foyer de charité de Châteauneuf-de-Galaure.
Partager

Les conclusions d’une enquête menée à la demande du père modérateur des Foyers de charité et du Conseil international des Foyers de charité révèlent des « attitudes gravement déviantes au cours de confessions à l’encontre de jeunes filles majoritairement âgées de 10 à 14 ans » de la part du père Georges Finet, qui avait accompagné Marthe Robin dans la fondation des Foyers de charité. Cette enquête, qui a débuté en septembre 2019, a été menée par une commission de recherches pluridisciplinaire et indépendante.

Quelques mois à peine après les révélations sur Jean Vanier, les conclusions d’un rapport commandé par le père modérateur des Foyers de charité viennent à nouveau bouleverser des milliers de personnes. Les résultats d’une enquête portant sur les agissements du père Georges Finet, qui avait accompagné Marthe Robin dans la fondation des Foyers de charité, font état « d’attitudes gravement déviantes au cours de confessions à l’encontre de jeunes filles majoritairement âgées de 10 à 14 ans ».

1
Une enquête débutée dès septembre 2019

Le père Moïse Ndione, modérateur des Foyers de charité, et le Conseil international des Foyers de Charité ont décidé de missionner dès septembre 2019 une commission de recherches pluridisciplinaire et indépendante sur le père Finet. Présidée par Françoise Gaussen, docteur en théologie catholique, cette commission, composée de huit personnes indépendantes des Foyers de Charité, présentant des compétences disciplinaires complémentaires, « a mené ses recherches durant six mois, en se fondant notamment sur le recueil de 143 témoignages, entre septembre 2019 et février 2020 », précise un communiqué des Foyers de charité. Le rapport a été remis au père Moïse Ndione le 16 mars 2020.

2
26 témoignages portant sur la période allant de 1945 à 1983

Concrètement, le rapport de la commission « révèle et documente les agissements gravement déviants de la part du père Finet ». Les témoignages recoupent la période de 1945 à 1983, avec des témoignages plus nombreux à partir de 1961. 26 femmes, principalement des anciennes élèves de Châteauneuf-de-Galaure, alors âgées pour la plupart de 10 à 14 ans, ont dénoncé le comportement du père Finet au cours de confessions. Des témoignages concordants « relatent des touchers du corps, parfois à même la peau, sous les vêtements, et des questions intrusives sur leur sexualité ». Ces agissements « ont constitué de graves intrusions dans la vie intime de ces jeunes filles et jeunes femmes, et leur ont causé des blessures psychologiques et spirituelles ».

3
Neuf témoignages relatifs à des faits mettant en cause d’autres personnes

Encore aujourd’hui, 15 personnes victimes témoignent de souffrances encore vives. En parallèle, le fait que ces actes aient été commis au cours de confessions, par un prêtre ayant une autorité spirituelle sur ces jeunes filles, ajoute à leur gravité, précise le rapport. Le rapport mentionne également neuf témoignages relatifs à d’autres faits mettant en cause d’autres personnes que le père Finet.

4
Un engagement réaffirmé dans la lutte contre toutes les formes d'abus

« Ma pensée va d’abord aux personnes victimes », a tenu à assurer le père Moïse Ndione. « Je les remercie d’avoir eu le courage de témoigner auprès de la commission, ravivant en elles la mémoire douloureuse du traumatisme qu’elles ont subi. Au nom des Foyers de Charité je souhaite leur demander humblement pardon et chercher avec elles la meilleure manière de reconnaître ce qu’elles ont vécu. » À travers ce rapport, lœuvre des Foyers de Charité a également tenu à « réaffirmer son engagement ferme et irrévocable à promouvoir la lutte contre toutes formes d’abus dans ses communautés et dans toutes les activités dont elle a la charge, non seulement en renforçant les dispositifs existants, mais aussi en poursuivant et en intensifiant son travail sur la vie communautaire elle-même, notamment en ajustant l’exercice de l’autorité au sein des communautés ».