Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Couple : se disputer sans trop blesser l’autre

Partager

Dire ce que l’on a sur le cœur, oui, mais il existe une manière de s’exprimer plus constructive et moins blessante que la critique : le reproche d’un fait précis.

Si le confinement n’a pas eu d’impact majeur sur les relations conjugales de la très grande majorité des Français, il n’empêche qu’en moyenne, les couples se sont davantage disputés qu’en temps normal, d’après un sondage Ifop publié début avril. Top 3 des sujets de conflit : les tâches ménagères, l’éducation des enfants et plus précisément, la gestion de leur temps d’écrans. Alors quitte à se disputer, autant le faire de manière constructive, en suivant le conseil du Dr Nicolas Duchesne, psychiatre et psychothérapeute, intervenant dans une conférence en ligne organisée par Mon coaching PepPsy.

Le secret d’une bonne dispute résiderait dans la distinction entre le reproche et la critique. Tandis que le reproche se borne à dénigrer un fait précis (et non pas la personne), déterminé dans le temps, la critique, elle, est générale, personnelle, et blesse le conjoint par son caractère globalisant. Pour que la dispute soit constructive et pas trop blessante, il convient de « se limiter à un fait précis, unique, descriptif », explique le Dr Nicolas Duchesne. « La critique attaque la relation et la personne ».

Autrement dit, privilégiez les remarques du type : « Je suis énervé(e) parce que hier soir, tu n’as pas mis tes affaires sales au sale » au lieu de « Tu es casse-pied, tu ne mets jamais tes affaires sales au sale ! ». Et pas de panique, ce n’est pas parce que vous vous limitez à reprocher un fait précis que votre conjoint ne fera pas le rapprochement les fois suivantes : « L’esprit généralise », assure le psychiatre, donc il y a des chances pour qu’il ou elle y pense le lendemain… Autre bienfait de ce type de phrase : la réceptivité du message. Votre conjoint sera plus enclin à écouter la description objective d’un fait plutôt que des allégations sans données précises.