Aleteia
Mercredi 21 octobre |
Sainte Céline
Belles Histoires

Jacquinot, le missionnaire qui inventa le ‘couloir humanitaire’

Capture Vimeo

Père Robert Jacquinot de Besange

Camille Dalmas - Oeuvres Pontificales Missionnaires - Publié le 01/05/20

Afin de défendre sa ville des horreurs de la guerre sino-japonaise, le père Jacquinot va déployer des trésors de diplomatie et obtenir la création d’une zone neutre démilitarisée. Parti pour évangéliser, ce missionnaire trouvera le sens profond de sa vocation dans la défense des populations civiles chinoises.

Août 1937, Shanghai est sous les bombes. Le Japon a enfin trouvé un prétexte pour envahir son voisin chinois et faire avancer ses prétentions impérialistes sur le continent asiatique. L’armée japonaise procède au pilonnage en règle des positions du chef du gouvernement chinois, le général Tchang Kaï-chek qui lui répond en envoyant ses armées. La ville portuaire compte à l’époque plus de 3 millions d’habitants, et c’est malheureusement là que pendant plus de trois mois, les deux belligérants vont s’affronter. Les conséquences, on l’imagine aisément, sont désastreuses et laisse déjà présager l’horreur des bombardements de masse de la Seconde Guerre mondiale. Les civils meurent par milliers et sont souvent pris pour cible par les Japonais, ou tués par mégarde par les troupes nationalistes chinoises.


WEB2-INDIA-VILLAGE-INTOUCHABLES-DALIT-GODONG-dv298011t.jpg

Lire aussi :
En Inde, les Jésuites au secours des « Intouchables »

Dans ce contexte terrible, une personne va alors avoir une idée lumineuse, et cet homme est un missionnaire français du nom de Robert Jacquinot de Besange. Né en 1878 à Saintes, ce prêtre fait partie de la tradition missionnaire jésuite en Chine, celle qui remonte au grand Matteo Ricci. Pendant sa jeunesse, un terrible accident de chimie lui avait fait perdre un bras, ce qui lui vaudra le surnom de « prêtre à un bras » pendant toute sa vie. Entré dans un séminaire jésuite en Angleterre et ordonné prêtre à la fin du XIXe siècle, il est envoyé à Shanghai pour servir dans une mission portugaise locale en 1913. Là, il aide la population et participe notamment à la formation spirituelle, mais aussi scientifique des chrétiens et missionnaires chinois. Quand il voit éclater le conflit, le second à Shanghai depuis les incidents de 1932 entre la Chine et le Japon, le prêtre est très inquiet des conséquences que pourraient avoir un tel conflit sur la population. Il réussit à imposer dès le début du conflit une trêve de quatre heures pour évacuer les nombreux civils pris entre deux feux.

S’appuyant sur les puissances occidentales, très présentes à Shanghaï du fait des concessions portuaires instaurées depuis des années dans le port, il demande alors la création d’une zone de sécurité que les deux parties adverses s’engagent à ne pas bombarder ou pénétrer. Immédiatement, on la surnomme « Zone Jacquinot ». Le prêtre ne le sait pas, mais il vient d’inventer le principe du couloir humanitaire, une zone dans laquelle peuvent être évacués les civils dans un conflit. La zone Jacquinot sera maintenue pendant trois ans, mais surtout, elle fera des émules. À Nankin, l’industriel allemand John Rabe met en place une convention identique dès 1937. À Hankou, Zhangzhou et Shenzen, on prend aussi exemple sur le Jésuite.

De Shanghai à Berlin

Le Français est évacué en 1940, quand le Japon s’installe et met en danger la présence des occidentaux en Chine. On le retrouve cependant en 1946… à Berlin ! Là encore, dans une ville en ruine, il est chargé d’organiser l’aide aux réfugiés et personnes déplacées. Il s’éteint dans la capitale allemande le 10 septembre 1946. Mais son nom restera dans l’Histoire, puisqu’il fait partie des grands inspirateurs de la Convention de Genève de 1949, qui met en place un droit international humanitaire pour garantir la sécurité des blessés, civils et secours en cas de conflits. Et aujourd’hui encore, son invention, celle du couloir humanitaire, continue à sauver des milliers de vies chaque année.

En 2019, un documentaire nommé Le Samaritain de Shanghai, réalisé par Sébastien Cassen, a rendu hommage à l’action du père jésuite, rappelant combien le prêtre est encore vu aujourd’hui comme un héros par les Chinois.

Prenez part à la mission d’évangélisation avec les OPM


WEB2-FATHER Henryk Sawarski-AED

Lire aussi :
À Madagascar, ce missionnaire porte le Christ derrière les barreaux

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
asiechinecompagnie de jesusEglise en missionjesuitemissionnaireOPM
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Edifa
Sexualité : comment raviver le désir quand il...
WEB2-SAMUEL PATY-AFP-000_8TB6FJ.jpg
Agnès Pinard Legry
Professeur décapité : des intentions de prièr...
Domitille Farret d'Astiès
Une famille missionnaire sur le plateau de "L...
Edifa
Connaissez-vous vraiment toutes les missions ...
WEB2-ERIC DUPOND-MORETTI-AFP-080_HL_NORCHARD_1209116.jpg
Agnès Pinard Legry
La discrète visite d’Éric Dupond-Moretti à la...
RÓŻANIEC DZIECI
La rédaction d'Aleteia
Un million d'enfants vont prier le chapelet e...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement