Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 21 octobre |
Sainte Céline
Aleteia logo
home iconBelles Histoires
line break icon

Mariés au temps du covid-19 : « Nous n’étions pas seuls »

ŚLUB W MASECZKACH

fot. archiwum prywatne

Ewa Rejman - Publié le 27/04/20

En Pologne, alors que le confinement pour endiguer l'épidémie de covid-19 est mis en place depuis quelque semaines, Karolina et Tomek ont décidé de se marier comme prévu, pendant l’octave de Pâques. Masqués, dans une église complètement vide, les jeunes mariés qui rêvaient pourtant d’une liturgie solennelle ne regrettent rien. "C'était le plus beau jour de notre vie", confient-ils à Aleteia. Rencontre.

Alors que les mesures strictes liées à la pandémie covid-19 sont en vigueur en Pologne depuis le mois de mars, Karolina et Tomek ont décidé de ne pas reporter leur date de mariage. Fidèles à leur rêve de se dire « oui » pendant l’octave de Pâques, les futurs mariés ont maintenu la date prévue initialement. Masqués, dans une église complètement vide, ils se sont engagés devant leur proches et leurs amis qui ont suivi la cérémonie à travers leurs écrans…

Aleteia : C’était très émouvant de suivre votre messe de mariage en ligne. Vos regards si souriants étaient très parlants…
Tomek  : Comme nos visages étaient masqués, beaucoup de personnes nous ont fait cette remarque que les sourires exprimés par nos regards étaient très puissants.

Pourquoi avez-vous décidé de ne pas reporter votre date de mariage, malgré le confinement lié à la crise sanitaire ?
Karolina : Pour nous, le sacrement de mariage était le plus important. Nous voulions nous marier pour pouvoir vivre en tant que couple marié. Nous étions prêts.

Tomek : En plus, avec l’inconnu que nous vivons tous au jour le jour, il n’était pas évident de prévoir une autre date. Les consignes liées à la crise sanitaire changent tout le temps.

ŚLUB W MASECZKACH
fot. archiwum prywatne

Karolina : Après avoir décidé de maintenir la date de notre cérémonie de mariage, notre sentiment a évolué, au fil des jours et des nouvelles mesures liées au covid-19. Au début, nous étions tristes de devoir renoncer à notre voyage de noces. Ensuite, nous avons accepté l’idée de devoir reporter la réception du mariage pour plus tard, peut-être pour cet été.

Tomek : Et avec le temps, nous avons compris que de nombreux invités ne pourraient pas venir à notre mariage. C’était particulièrement douloureux car nous tenions beaucoup à une messe solennelle avec une belle liturgie, les chants, la chorale… Nous voulions partager ce grand moment avec tous nos proches et nos amis. Ce n’est que quelques jours avant que nous avons appris que finalement, cinq personnes pourraient être présentes dans l’église… Et c’est juste avant le jour J que la consigne du port des masques obligatoire a été annoncée… Nous avons alors décidé d’organiser la retransmission en direct de la messe, pour que tous nos invités puissent se joindre à nous de cette façon.

Comment ont réagi vos proches au maintien de la date de mariage, et malgré la pandémie ? 
Karolina : Ils ont été très compréhensifs. Ils ont été d’un grand soutien dans les petits moments de découragement lors des préparatifs : nous étions notamment stressés par la retransmission en direct. Nous n’étions pas sûrs qu’elle puisse bien fonctionner. Ils ont été d’un grand réconfort. Et en particulier nos parents : ils trouvaient que l’idée de se marier à la date prévue était une bonne décision.

ŚLUB W MASECZKACH
fot. archiwum prywatne

Aujourd’hui, êtes-vous heureux d’avoir vécu une telle cérémonie de mariage ?
Tomek : Malgré le fait que l’église était vide, nous savions que n’étions pas seuls. Juste avant que la messe commence, nous avons appris qu’une centaine de personnes allait suivre notre mariage en ligne. Nos amis nous ont envoyé beaucoup de captures d’écran de la messe et du sacrement de mariage. Nous avons reçu de nombreux messages, d’appels, de vidéos avec des vœux… C’était très émouvant. Tout au long de cette journée nous avons réussi à oublier ce qui se passait à l’extérieur, nous avons oublié l’épidémie.

Karolina : C’était le plus beau jour de notre vie.

Que signifie pour vous le mariage ?
Tomek : Nous sommes seulement en train de l’apprendre… Cela fait juste six jours que nous sommes mariés. Le mariage est un don de soi mutuel en continu.

Karolina : Le mariage, c’est apprendre à dire « nous » à la place de « moi ». C’est aussi une invitation adressée à Dieu de faire partie de notre union. Et c’est merveilleux de se dire que nous serons ensemble jusqu’à la fin de nos jours, et que nous nous sommes dits la promesse de mariage de façon publique, malgré la situation actuelle liée à la pandémie.

À lire aussi : Les secrets des couples heureux
Tags:
CoronavirusMariage
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Frankie & Royce wedding
Lauriane Vofo Kana
77 ans après, elle renouvelle ses vœux de mariage… avec une robe ...
2
WEB2-Bishop_Michael.jpg
Agnès Pinard Legry
Admirateur de Benoît XVI, un évêque anglican devient catholique
3
Hugues Lefèvre
À Rome, Jean Castex célèbre les relations entre la France et l’Ég...
4
Camille Dalmas
Jean Castex reçu par le pape François
5
Bérengère Dommaigné
Sœur André, la reine des youtubeuses
6
Père Jacques de Longeaux
La réponse de Jésus à la tentation du pouvoir
7
WEB2-MAGDELEINE-HUTIN-ciric_201343.jpg
Raphaëlle Coquebert
Magdeleine Hutin, la digne héritière de Charles de Foucauld
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement