Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Avec Kendji Girac « Ô prends mon âme » prend une tonalité tzigane

KENDJI GIRAC
Partager

Si le chanteur français d’origine gitane multiplie les ventes d’albums, il déborde tout autant de talent pour chanter son amour pour Dieu et la foi qui l’anime. Le jeune chanteur Kendji Girac, de plus en plus célèbre, témoigne d’une spontanéité solaire autant que peut l’être sa coreligionnaire Rona Hartner. Et tous deux nous font un bien fou.

Le chanteur Kendji Girac est décidément là où on ne l’attend pas. Dernièrement, c’est le titre bien connu des milieux catholiques et protestants « Ô prends mon âme » qu’il a chanté guitare à la main et lunettes de soleil au nez, sur un siège de voiture, nous livrant une version remarquable de profondeur. Postée sur Instagram le 17 avril, sa vidéo, couplée du message « Envoyez moi vos vidéos en train de chanter et jouer de la musique les mais vous me manquez » et du hashtag #restonscheznous, a été vue plus de 170.000 fois. Grâce à des accords de guitare un peu plus gypsy que de coutume, c’est une version très vivante et vibrante qu’il nous offre pour trouver en Dieu le guide pour supporter la suite du confinement. Il évoquait déjà sa relation à Dieu avec le titre Que Dieu me pardonne de son album Amigo sorti en 2018 et vendu à 200.000 exemplaires. Demeuré trois semaines en tête des ventes, cela lui a valu de devenir aussitôt disque de platine.

L’air de la chanson n’est autre que l’hymne de l’État d’Israël Hatikvah, dont les paroles ont été écrites par le protestant Hector Arnéra. Ce chant, souvent utilisé avant les moments de recueillement à l’église ou au moment de la communion, a surtout été popularisé par la Communauté de l’Emmanuel.

Ô prends mon âme, prends la Seigneur, et que Ta flamme brûle en mon cœur, que tout mon être vibre pour Toi, sois seul mon maître, ô Divin Roi.

Source de vie, de paix d’amour, vers Toi je crie, la nuit le jour, guide mon âme, sois mon soutien, remplis ma vie, Toi mon seul bien.

Il y a un an, le jeune chanteur de vingt-trois ans chantait déjà un cantique magnifique en l’honneur de Dieu : « Je viens devant mon Dieu ». Il chante, toujours accompagné de sa guitare : « Je veux lui ressembler, je désire saisir ses plans et ses projets, car je suis si faible parfois, Seigneur je ne te mérite pas. Mais je viens devant Toi, car Seigneur je veux que ma vie dépende de Toi. » S’il expose aussi simplement sa foi sur les réseaux sociaux, Kendji Girac le doit à son éducation gitane dans laquelle les valeurs sont importantes, la foi souvent présente, mais aussi à son père qui le lui a transmis. Il a d’ailleurs déclaré : « Tout vient du Papa. Je le remercierai jusqu’à la fin de ma vie. »

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=fy7ASQL0JBA%5D