Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

Un confinement fécond, en famille, avec Louis et Zélie Martin

LOUIS ZELIE MARTIN
CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Une femme touche le reliquaire de Louis et Zélie Martin, lors de leur canonisation le 18 octobre 2015 à Lisieux.
Partager

Si le confinement est un défi pour toute famille, il n’en est pas moins l’occasion d’avancer vers la sainteté et de garder toute l’espérance que le Seigneur nous promet.

Les semaines se succèdent et se ressemblent : pour nombre de familles, ce confinement est un parcours du combattant tant au plan professionnel que dans les relations familiales et la vie spirituelle. Mettant notre patience et notre soif d’indépendance et de liberté à rude épreuve, cette promiscuité peut pourtant être une véritable opportunité pour ancrer ses pas dans ceux de Dieu et renforcer sa foi en famille. Nous pouvons ainsi profiter de cette période toute particulière pour prier saints Louis et Zélie Martin en découvrant avec eux les promesses d’espérance que recèlent notre quotidien de familles, actuellement confinées et appelées à en sortir sans savoir quand.

Des inquiétudes en matière d’éducation ?

Certes, Louis et Zélie Martin n’ont jamais vécu un tel confinement. Et pourtant toute leur vie, ils ont œuvré à l’épanouissement de leur petite cellule familiale. Leur vie n’a pas été sans épreuve et sans inquiétude. En témoignent les neuf grossesses de Zélie dont quatre se termineront tristement. Comme elle aimait l’évoquer, ses « quatre petits anges » veillent désormais sur eux. Dans ses nombreuses correspondances avec sa sœur, Zélie exprime également très souvent ses inquiétudes en matière d’éducation – en particulier avec sa petite Léonie au caractère si difficile. Quelle affliction elle ressentira lorsqu’elle apprendra que ceci était lié aux maltraitances pratiquées par la bonne ! Enfin, à 32 ans, Zélie ressent les premiers symptômes d’une grave maladie. Sa vie sera alors rythmée par ce cancer inopérable qui sera source de très nombreuses souffrances et douleurs. Malgré toutes ces difficultés et ces inquiétudes, Louis et Zélie Martin n’ont jamais cessé de fixer leurs yeux sur la Croix. Jamais leur confiance n’a été ébranlée : « Dieu premier servi«  ne cessent-ils de répéter.

Ainsi, leurs journées sont rythmées par la messe matinale et la prière du soir en famille. Cet effort intensif de vie chrétienne ne les empêche pas non plus de se retirer de temps à autre, séparément, pour être seul avec Dieu. L’éducation de leurs filles reste par ailleurs ferme et tendre et a pour objectif premier et unique d’élever leurs âmes vers Dieu. Ils leur apprennent ainsi à faire plaisir à Jésus en faisant de petits sacrifices dans la vie quotidienne par amour pour lui, en lui offrant des « perles pour sa couronne« . Les époux s’emploient aussi à mettre de côté une partie de leurs économies pour les pauvres afin de pouvoir leur assurer un logement et des soins.  Enfin les dernières années de Zélie, rythmées par la maladie, sont l’occasion de renforcer leur confiance et leur espérance envers le Seigneur « Le mieux est de remettre toutes choses entre les mains du Bon Dieu et d’attendre les évènements dans le calme et l’abandon à sa volonté. C’est ce que je vais m’efforcer de faire« . Malgré ses douleurs, Zélie tente d’accomplir ses tâches quotidiennes avec entrain et de rester rayonnante et lumineuse pour son mari et ses enfants. Foi, Espérance et Charité : leur vie de famille reste rythmée par ces trois vertus qu’ils déclinent à l’infini pour avancer vers la sainteté.

Louis et Zélie Martin ont eu une vie ordinaire, une vie qui pourrait ressembler à celle de beaucoup d’entre nous. Et pourtant tout l’extraordinaire de leur vie tient dans ces nombreux petits actes de foi du quotidien, dans cette conviction déterminée que le Seigneur peut tout et dans cette confiance inégalable que leur bonheur passera par un amour toujours plus grand du Christ. Malgré leurs épreuves, malgré leurs inquiétudes, malgré leurs souffrances, ils n’ont jamais douté de l’Amour du Seigneur et ont toujours tâché de tout remettre entre ses mains.

Alors à l’image de la famille Martin, profitons nous-aussi de ce temps de confinement pour approfondir nos relations en famille et renforcer notre foi en Dieu. La Neuvaine qui nous est proposée est une occasion formidable de s’inspirer de ces grands saints du XIXe siècle en mettant en pratique de nouvelles habitudes au sein de nos familles. N’ayons pas peur d’ouvrir notre cœur pour nous laisser toucher par cet amour dont le Seigneur ne cesse de nous inonder ! Et surtout ne craignons pas de demander à Dieu de renforcer la foi de notre famille.