Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

La clef pour vivre de la miséricorde ? Faire confiance à Dieu

SAINT FAUSTINA
Partager

Les catholiques du monde entier vont célébrer ce dimanche 19 avril, la fête de la Divine miséricorde, instituée par Jean Paul II. Cette fête est étroitement liée au charisme de sainte Faustine, canonisée il y a vingt ans, par le pape polonais, jour de l’instauration de cette fête.

Chaque année, les catholiques du monde entier célèbrent la fête de la Miséricorde divine, le premier dimanche après Pâques, pour clore l’Octave pascal. Un événement inspiré par sainte Faustine, une religieuse polonaise qui fut dans les années 1930 la destinataire de révélations privées de la part de Jésus sur la Miséricorde divine. Canonisée par Jean-Paul II le 30 avril 2000, il y a vingt ans, sa figure spirituelle suscite partout dans le monde un grand intérêt. Le film Love and Mercy consacré à sa vie et aux révélations qu’elle a reçues du Christ en est une bonne illustration : il a battu les records d’audience aux USA le jour de sa sortie. D’où vient le phénomène de sainte Faustine ?

Née dans un petit village de Pologne, Hélène Kowalska, qui deviendra sœur Marie Faustine en entrant dans la Congrégation des Sœurs de Notre Dame de la Miséricorde, est une personne simple, consciente de ses limites et de ses faiblesses. Pourtant, elle est déterminée à se laisser transformer par Jésus jusqu’à entrer en grande union mystique avec Lui. Si elle se laisse ainsi conduire, c’est qu’elle est humble et généreuse. Elle ne rechigne pas au travail manuel malgré sa santé déficiente, elle mourra de tuberculose comme sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. Sa générosité, son amour de Jésus, son zèle pour le salut des âmes, la feront passer par de très grandes souffrances intérieures et physiques. Elle connaîtra de longues et douloureuses ténèbres.

La Miséricorde divine, la clé pour apprendre à aimer et à pardonner

Tout au long de sa vie religieuse, sainte Faustine s’efforce de transmettre le message de la Miséricorde divine que lui enseigne Jésus. Personne autour d’elle, en dehors de ses supérieurs et de son confesseur, n’est au courant de ses révélations et de son intense vie mystique. Pour sainte Faustine Kowalska, la clé pour apprendre à aimer et à pardonner autant l’autre que soi-même se trouve dans la miséricorde divine. Celle qui ne s’intéresse pas aux qualités de l’homme, mais bien à sa faiblesse et à sa pauvreté. Faustine comprend que ce sont surtout les misères physiques, psychologiques ou morales de l’homme qui attirent l’amour miséricordieux de Dieu.

« Que les plus grands pécheurs mettent leur confiance en ma miséricorde. Ils ont droit avant tous les autres à la confiance en l’abîme de ma miséricorde », lui dit le Christ dans des paroles qu’elle a retranscrites dans son Petit Journal.

La clef pour vivre de la miséricorde est donc de reconnaître humblement sa misère, d’accepter de dépendre de Dieu et de lui faire confiance. Croire que le mal est trop enraciné en nous vient de notre orgueil. C’est le seul vrai obstacle. Jésus a ainsi révélé quelle est la miséricorde divine à la mystique polonaise, « toute âme qui croit et qui a confiance en ma Miséricorde, l’obtiendra ».