Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Cinq conseils pour vivre les obsèques à distance

Une messe d'obsèques à Dijon pendant la pandémie de Covid-19.
Partager

Comment s’unir aux funérailles d’un proche auxquelles il est impossible d’assister ? Les chapelains du sanctuaire de Montligeon, dédié à la prière pour les défunts, nous proposent cinq démarches faciles à mettre en œuvre.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

À la douleur causée par la mort d’un proche parent ou d’un ami, les circonstances actuelles en ajoutent une autre, peut-être plus révoltante encore : l’impossibilité d’accompagner physiquement la personne aimée dans son passage vers la maison du Père. Voici cinq conseils pour vous aider à vivre « à distance » les derniers instants et les obsèques d’un proche.

1
Faire un chemin de croix

Faire un chemin de croix, c’est accompagner une personne aimée dans son passage vers la mort : cette personne, c’est le Christ bien sûr, mais c’est aussi tous ceux qui remettent leur vie entre les mains du Père. Même dans un petit appartement, il est possible d’organiser un chemin de croix en se déplaçant. Certaines stations peuvent être marquées par une méditation devant telle image ou tel crucifix qui orne les murs de notre domicile.

En images : un Chemin de croix médité avec des grands saints

2
Organiser un rosaire ou un chapelet partagé

Prier Marie avec notre cercle familial ou amical : chacun s’engage à réciter telle ou telle dizaine du chapelet. Le coordinateur de la prière peut communiquer à tous les participants une sorte de « qui fait quoi » avec l’horaire de la prière. C’est aussi un beau moyen d’apostolat : même les personnes les moins croyantes de notre entourage peuvent être mises à contribution, ne serait-ce que par un seul Je vous salue Marie.

3
Faire quelque chose que nous n’avons jamais fait

À circonstances exceptionnelles, solutions exceptionnelles ! Nous avons tous besoin de rites et de gestes concrets pour vivre le deuil. Alors soyons inventifs et créatifs. Organisons quelque chose que nous n’aurions jamais imaginé faire il y a encore quelques semaines : prier en couple ou en famille, passer un coup de fil à une personne un peu perdue de vue ou avec qui nous sommes en froid… Bref, sans sortir de chez nous, sortons de nous-mêmes !

4
Organiser une liturgie domestique

Cette liturgie domestique peut être vécue seul ou en famille à l’heure de la célébration des obsèques, avec une photo, une bougie allumée, une image qui nous aide à prier. Lisons l’évangile, récitons le chapelet… Qu’importe si le tout a un aspect un peu bricolé ! Ces moyens concrets nous aident à participer spirituellement à la célébration en train de se dérouler. En cette période de confinement, Aleteia vous propose chaque jour de célébrer la Parole de Dieu à la maison.

5
Offrir une messe

Trouvons le moyen d’entrer en contact avec un prêtre et demandons-lui de célébrer une messe à l’intention de notre défunt. Demandons-lui où et quand il envisage de célébrer la messe pour être en profonde communion spirituelle avec lui. Le sanctuaire Notre-Dame de Montligeon, centre mondial de prière pour les défunts, met à disposition une écoute téléphonique et des livrets pour aider à prier.