Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Vendredi saint : suivez et méditez notre Chemin de croix vidéo

Partager

En cette Semaine sainte que nous vivons dans le confinement nos maisons, loin de nos paroisses, loin des lieux où nous espérions pouvoir suivre le Triduum pascal, écoutez les textes du Chemin de croix de Claire Barbillon et Sophie Mouquin. Ils commentent et méditent en vidéo chaque station à travers des sculptures d’une beauté exceptionnelle.

En ce Vendredi saint où l’on commémore la mort de Jésus sur la Croix, les catholiques sont invités à suivre le Chemin de croix que le Christ a réalisé il y a 2.000 ans. En raison du confinement, Aleteia, avec le concours de la revue Magnificat, vous propose de le faire depuis chez vous, devant l’écran qui accompagne votre quotidien. Installez-vous dans un endroit calme pour voir et écouter ce Chemin de croix inédit à « lire » dans notre playlist YouTube. Les quatorze stations vont s’enchaîner, mais vous pouvez à n’importe quel moment appuyer sur pause.

Tout au long de ce Chemin de croix, Claire Barbillon et Sophie Mouquin nous invitent à offrir chacune des stations illustrées par des sculptures exceptionnelles à ceux qui cette année sont endeuillés, marqués par l’épreuve, la maladie ou qui vivent de manière cruelle, la solitude.

 

« Puissions-nous en suivant Jésus, pas à pas, avoir les yeux fixés sur la Croix, la spes unica, notre unique espérance » nous disent-elles. A propos de cette démarche du Chemin de croix, voici ce qu’elles soulignent. « Un Chemin de croix, il ne s’agit pas seulement d’un chemin qui conduit à la croix, donc inexorablement au supplice et à la mort sur la croix. La Croix est au début, au milieu et à la fin du chemin. Le Christ en est chargé. C’est avec elle qu’Il chemine, c’est sous poids qu’Il défaille, c’est à elle qu’Il est cloué. C’est tout contre elle qu’Il rend son dernier souffle. On ne l’en sépare que mort. Il se crée une intimité profonde entre le bois de la Croix et le corps du Seigneur. Ce corps mystérieusement vivant au matin de Pâques, ce corps transfiguré et à jamais ravi à nos yeux après l’Ascension, mais la croix demeure, et le symbole hideux du plus repoussant des supplices devient l’instrument de la Rédemption de l’humanité. »