Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

VIDEO. Ces gestes concrets que nous pouvons réaliser chez nous pour le Triduum pascal

Partager

C’est un Triduum pascal très spécial qui commence ce jeudi 9 avril pour les chrétiens, qui ne pourront pas se rendre à l’église pour les offices. En plus d’assister aux rites et aux célébrations en ligne, ceux qui le souhaitent pourront vivre des petits moments de prière en famille.

« Seigneur, où veux-tu que nous te fassions les préparatifs pour manger la Pâque ? », demandent les disciples à Jésus, dans l’Évangile selon saint Mathieu (26, 17). Comme il y a près de 2.000 ans, les croyants sont invités à préparer la fête de la Pâque dès à présent. Ce jeudi 9 avril, pour la fête de l’institution de l’Eucharistie, ceux qui le souhaitent pourront se laver les pieds les uns des autres, depuis leur maison, comme le Christ l’a fait avec ses disciples. Ce geste nous rappelle que pour aimer vraiment, nous devons nous servir les uns les autres. Vendredi, à la fin de la lecture de la Passion du Seigneur, nous pouvons embrasser un crucifix, et le mettre en évidence jusqu’au lendemain. Le Samedi saint est le jour de l’attente de la Résurrection : l’Église suggère de couvrir les crucifix et les icônes.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]