Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

Jeudi saint à la maison : organisez un repas mémorial !

Family-Praying-Eating
Partager

Le Jeudi saint est traditionnellement le jour où nous faisons mémoire du repas au cours duquel Jésus a institué l’Eucharistie. Comment le célébrer alors que nous ne pouvons rejoindre nos églises ? En célébrant la liturgie pascale sous la forme d’un repas mémorial par exemple. Explications.

Le Jeudi saint, pourquoi ne pas célébrer la liturgie pascale sous la forme d’un repas mémorial ? C’est que proposent les dominicains de la province de Toulouse qui ont publié leur propre kit Semaine sainte, composé de  célébrations pour la vivre à la maison. « Ce repas ne sera ni un mime substitutif de la Sainte Cène du Seigneur, ni un rite seulement mimétique de la Pâque juive, mais l’occasion de commémorer nos racines communes dans l’attente d’un prêtre », insiste frère Édouard Divry qui a préparé cette liturgie domestique.

Comment cela se passe concrètement ? D’abord, chacun fait son signe de croix, « montrant ainsi que nous n’imitons pas un rite juif mais que nous sommes chrétiens ». Les deux textes bibliques (Ex 12, 1-36 puis Lc 22, 14-20) lus au début du dîner correspondent naturellement aux deux évènements commémorés. Le père – ou la personne qui représente l’autorité – demande ensuite au Seigneur de bénir le vin puis le pain. « Cet ordre est important pour qu’il n’y ait pas de confusion avec la Cène. On ne reprend pas non plus les paroles de Jésus », précise le dominicain.

Un menu très symbolique

Au menu : pain sans levain, herbes amères, plat de résistance au choix (éviter l’agneau traditionnellement réservé au jour de Pâques). La recette des pains est fournie dans le kit. Veiller à les laisser gonfler pour que, là encore, il n’y ait pas de confusion avec l’hostie. L’amertume des herbes (raifort, salsifis ou radis oriental) rappelle celle du mal (du coronavirus aussi). Elle montre bien que le peuple hébreu était esclave, qu’il a été libéré à sa sortie d’Égypte et que nous aussi sommes esclaves du péché mais libérés par la mort et la résurrection de Jésus.

À la fin du dîner, tout le monde se lève et récite ensemble le psaume 135 : « Il nous tira de la main des oppresseurs, éternel est son amour ! À toute chair, il donne le pain, éternel est son amour ! Rendez grâce au Dieu du ciel, éternel est son amour ! »