Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 23 janvier |
Saint Alphonse de Tolède
home iconTribunes
line break icon

Covid-19 : retour à la maison, retour à la prière ?

New Africa I Shutterstock

Guillaume de Prémare - Publié le 30/03/20

Revenir chez soi, quand l’angoisse collective est partout, c’est redécouvrir la part de la prière, même sans le savoir, et que la vie en plénitude est tout sauf frénétique.

Un ami médecin m’écrivait il y a quelques jours : « Les situations épidémiques sont les plus anxiogènes pour tous, au même niveau que les guerres et les catastrophes naturelles. Chacun a sa façon de gérer et d’exprimer son stress. » Curieux stress vécu dans un certain silence, une certaine lenteur, une certaine tranquillité sinon quiétude, parce que nous ne courons plus. Pour beaucoup, nous sommes de retour à la maison. Nous ne sommes pas au Chemin des Dames, nous ne sommes pas dans les tranchées, nous sommes au foyer. C’est la redécouverte, pour certains, du foyer : le foyer-refuge qui se substitue au foyer-dortoir où nous avions l’habitude de nous poser et reposer furtivement dès que nous ne courions plus.

Une sorte de trou d’obus

Au foyer, nous avons tous nos malades, nos proches fragiles en raison de l’âge ou de la santé. À l’extérieur, nous avons nos proches qui continuent à travailler à l’usine, dans un magasin ou encore à hôpital. Nous sommes inquiets parce qu’ils sont encore davantage exposés à ce grand inconnu : le virus. Mystérieux virus ! Est-ce la nature qui nous joue un mauvais tour ? Est-ce la divinité qui gronde ? Il y a toujours une part de mystère dans le tragique. Il y a toujours quelque chose de l’abîme quand on plonge dans une sorte de trou d’obus symbolique. « Dans un trou d’obus, tout le monde prie », dit le navigateur Olivier de Kersauson, qui s’y connaît en situations angoissantes. Alors, peut-être que dans le foyer-refuge, tout le monde prie, même ceux qui ne prient pas. Peut-être que, d’une certaine manière, ceux qui ne prient pas prient sans le savoir ou sans l’avouer. Peut-être…


SKY LIGHT

Lire aussi :
Covid-19 : à quoi ressemblera notre vie après ?

Il est à peu près certain toutefois que sur cette terre, le plus grand nombre des hommes et des femmes prie avec davantage d’empressement en ce moment. Ils s’adressent à la divinité, pour la supplier, pour lui demander la protection, tout ce dont nous avons besoin ; certains pour apaiser la colère des dieux. C’est ainsi : l’immense majorité de la population mondiale croit en une ou plusieurs divinités.

Réapprendre à recevoir

Par ailleurs, songez aussi que 45% de l’humanité est encore rurale. Par exemple, 66% des Indiens sont des ruraux. Cela fait du monde. Nous parlons ici de personnes qui sont au foyer, déploient pour beaucoup un mode de vie traditionnel, près de la terre, avec une certaine lenteur, en tout cas une certaine stabilité. L’homme pressé, urbain et arrogant, saisira-t-il l’occasion de retrouver vraiment la maison, le foyer ? Certains commentateurs le disent : un changement des modes de vie suivra cette crise sanitaire mondiale. Peut-être oui, peut-être non : l’on sait que l’homme est tout aussi prompt aux serments enflammés qu’à les oublier aussitôt.




Lire aussi :
Du bon usage de la pandémie : l’épreuve et la grâce du confinement

« Nous avons choisi la frénésie comme mode d’existence et nous inventons des machines pour nous la rendre supportable », écrit Pierre Rabhi. Voici que les machines sont en panne. Alors, le vieux sage nous appelle à nous « mettre dans une attitude de réceptivité, recevoir les dons et les beautés de la vie avec humilité, gratitude et jubilation ». Il ajoute : « Ne serait-ce pas là la plénitude de la vie ? » Cette plénitude de vie, ce sont les dons de Dieu. Puisse Dieu être, avec nous, de retour à la maison.

Chronique publiée en partenariat avec Radio Espérance, 25 mars 2020.

Tags:
ConfinementCoronavirusépidémiePrière
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-Farah Shaheen-ACN
Agnès Pinard Legry
Pakistan : Farah, chrétienne de 12 ans, enlevée, violée et réduit...
2
Cerith Gardiner
Mariée pendant la pandémie, elle choisit ses grands-mères comme d...
3
Domitille Farret d'Astiès
Le dernier compagnon de Padre Pio est décédé
4
Agnès Pinard Legry
Bioéthique : le texte qui arrive au Sénat a bien changé
5
web2-mgr-chauvet-afp-000_1hh3qc.jpg
Caroline Becker
Mgr Chauvet : "Face au drame de Notre-Dame, le Seigneur m'apprend...
6
I.Media
10 ans après son ralliement à l'Église catholique, un ancien évêq...
7
Domitille Farret d'Astiès
Sans-abri, "Neneuil" a eu une fin de vie royale
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement