Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 01 décembre |
Saint Eloi
home iconAu quotidien
line break icon

Confinement : comment gaspiller moins de nourriture ?

lenetstan - Shutterstock

Bénédicte de Saint-Germain - Publié le 30/03/20

Bien que les sorties soient autorisées pour faire ses courses, nous sommes cependant tous invités à limiter nos déplacements. Une situation qui incite à accentuer nos efforts relatifs au gaspillage alimentaire : si nous profitions du confinement pour consommer moins et prendre le chemin de la sobriété heureuse ? Petit guide en trois étapes.

Lancée par Pierre Rahbi et reprise à son compte par le pape François, la sobriété heureuse est un style de vie empreint de modération et de simplicité. L’idée de se désencombrer, de ne plus amasser en prévision du lendemain peut être angoissante, surtout en ce temps d’incertitude. Au contraire nous dit le pape : « La sobriété qui est vécue avec liberté et de manière consciente, est libératrice. Ce n’est pas moins de vie, ce n’est pas une basse intensité de vie mais tout le contraire ; car en réalité ceux qui jouissent plus et vivent mieux chaque moment, sont ceux qui cessent de picorer ici et là en cherchant toujours ce qu’ils n’ont pas, et qui font l’expérience de ce qu’est valoriser chaque personne et chaque chose, en apprenant à entrer en contact et en sachant jouir des choses les plus simples » (Laudato Si’ n°223). En se débarrassant de ce qui nous encombre, nous avons l’esprit libéré pour mieux apprécier les choses. Nous pouvons mettre une dose de sobriété dans tout ce que nous consommons. Comment le faire pour l’alimentation ?

Désencombrer les placards

Steve Cukrov - Shutterstock

cupboard, food, kitchen

Avant de filer faire les courses sous prétexte qu’un ingrédient manque, regardez d’abord les aliments disponibles. Videz tous vos placards (profitez-en pour les nettoyer…) et faites l’inventaire de vos réserves. Triez-les par date de péremption et regardez d’abord ceux qui se périment bientôt. Un reste de farine de sarrasin ? Inutile d’attendre la prochaine Chandeleur pour l’utiliser, prévoyez des galettes bretonnes au prochain repas. Ces pois cassés, vous les aviez achetés sur la recommandation d’un livre vegan mais vous ne vous en êtes finalement jamais servi. C’est le moment de les inscrire au menu chaque semaine (en potage ou en salade).

Pour chaque ingrédient disponible : céréales, conserves, légumineuses etc., choisissez une ou plusieurs recettes sur Internet et planifiez leur utilisation. Si vous avez peur d’oublier, laissez le produit en évidence. Faites ensuite l’inventaire du congélateur. Certains aliments y dorment probablement depuis plusieurs mois, bien cachés sous les pizzas surgelées. Notez-les sur un post-it et collez-le en évidence pour penser à les utiliser en priorité.

Consommer entièrement les produits

Shutterstock-Ruslan Mitin

Les légumes, s’ils sont bio et frais, peuvent très bien se consommer avec la peau (sauf pour certains dont la peau est très dure : courges et avocat par exemple). Les épluchures peuvent aussi parfumer un bouillon. Les fanes (feuilles vertes) des légumes racines sont aussi comestibles. Elles sont délicieuses en pesto. Glissez-en quelques-unes dans la soupe ou dans une quiche et conservez le reste au congélateur. Quant aux fruits, leur peau se mange s’ils sont frais et non traités (à l’exception des fruits exotiques). Quand ils commencent à ramollir, faites-en des compotes épicées à la cannelle, à la vanille ou à l’anis ou bien garnissez-en des gâteaux au yaourt ou des tartes. Si vous avez des épluchures, laissez-les infuser dans de l’eau chaude pour la parfumer.

Utiliser les restes

FOOD
Bravissimos - Shutterstock

Aucun reste ne devrait aller à la poubelle. C’est une injustice pour tous ceux qui ne mangent pas à leur faim (pensons aux sans-abris qui ont du mal à se nourrir en ce moment), un manque de respect envers les producteurs et les personnes qui ont préparé les plats. Mieux vaut remplir peu les assiettes et se resservir plutôt que jeter. Un ou deux « dîners restes » peuvent aussi être prévus dans la semaine pour les utiliser. Si malgré tout, il en reste, voici comment donner une seconde vie aux aliments.


VEGETABLES

Lire aussi :
Ces aliments qui boostent l’immunité

Les restes de pain se transforment en chapelure, croûtons, pain perdu. Des restes de riz, blé, boulghour, quinoa feront d’excellentes galettes ou salade composée. Vous pouvez concocter des galettes, du houmous ou des poêlées de légumes avec des restes de légumineuses. S’il vous reste des pommes de terre vapeur, faites-en des pommes de terre sautées, des röstis, ou un écrasé de pommes de terre. S’il s’agit de viande et de poisson, confectionnez des croquettes, boulettes, hachis parmentier, sauce bolognaise, rillettes de poisson. Des restes de légumes peuvent donner lieu à des gratins, flans, tartes, pizzas, macédoines, sandwichs. Et des pâtes se dégustent également en gratin ou en salade.

Tags:
alimentationConfinementgaspillage
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
messe avec masques
Agnès Pinard Legry
Les églises sont "des lieux de contamination"...
WEB2-JEAN CASTEX-AFP-000_8VX2FV.jpg
Xavier Patier
Messe à 30 personnes : le mépris, ça suffit !
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement