Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 22 février |
Bienheureuse Isabelle de France
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Ce n’est pas une vitre qui arrêtera la tendresse

sans-titre-2-3.jpg

Capture Twitter / Good Morning Britain

Mila, 4 ans, aperçoit son père de l'autre côté de la fenêtre de la maison familiale.

La rédaction d'Aleteia - publié le 30/03/20

Traitée pour un cancer, Mila Sneddon, une Écossaise de 4 ans, a été isolée d'une partie du reste de sa famille. Ce qui ne l'empêche pas de manifester sa tendresse à son père, mais à distance. Et c'est émouvant.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour que Aleteia reste gratuit et faire rayonner l’espérance qui est en vous,
Faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec réduction fiscale)

L’image de cette petite fille qui embrasse son père derrière une fenêtre a ému bien au-delà des frontières de l’Écosse. Mila Sneddon, 4 ans, est traitée pour une leucémie diagnostiquée il y a quatre mois. Ses parents ont décidé de l’isoler pour la protéger en raison de sa grande vulnérabilité. Son père Scott et sa sœur Jodie, 16 ans, qui sont encore régulièrement en contact avec le monde extérieur, ont quitté temporairement la maison familiale pour éviter tout risque de contamination inutile, explique Llynda Sneddon, la mère de l’enfant, 36 ans, dans une publication Facebook.

Une décision difficile à prendre mais qui leur semblait être le moindre mal. Llynda est donc restée seule avec Mila et a pu immortaliser à plusieurs reprises les retrouvailles du père et de sa fille séparés par une fenêtre. Elle a choisi de diffuser ces images pour montrer combien, même si c’est parfois difficile, il est important de respecter une certaine distance physique en cette période d’épidémie. Et elle témoigne ainsi que ce n’est pas une simple vitre qui arrêtera la tendresse. De nombreuses situations touchantes sont partagées de cette façon. Un prêtre de Honfleur s’était quant à lui planté devant la fenêtre de son père, résident dans un Ehpad, avec une banderole sur laquelle il avait inscrit « Papa je t’aime ». Le confinement pousse à la créativité.




Lire aussi :
Coronavirus : cette famille récite le chapelet en direct tous les matins sur Insta

Tags:
CovidEnfantsMaladie
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement