Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

« La Vierge à Midi », un poème d’une incroyable actualité

Partager

De nombreux chrétiens ont prié ensemble le Notre Père et l’Angélus ce 25 mars en communion avec le pape François. Cette prière récitée au milieu du jour pourrait bien être l’occasion de redécouvrir ce poème de Paul Claudel qui commence par « Il est midi ».

« Il est midi. Je vois l’église ouverte. Il faut entrer ». Le Saint Père a invité les chrétiens du monde à prier le Notre Père en communion ce mercredi 25 mars à midi. Ce temps a été temps suivi de l’Angélus animé par le cardinal Angelo Comastri. Avec la prière de l’Angélus, qui comprend trois Je vous salue Marie, l’Église médite sur le « oui » de Marie à la volonté de Dieu. Aujourd’hui tout spécialement où le Pape invite les chrétiens à s’unir par la prière, pourquoi ne pas faire siennes ces lignes de l’écrivain Paul Claudel ?

Dans ce poème écrit après la guerre de 1914-1818, il s’adresse à la Vierge Marie qui, selon lui, a sauvé la France pendant la Grande Guerre. Le poète et futur académicien la remercie d’être intervenue « à l’heure où tout craquait ». Cette période de pandémie et de confinement n’est-elle pas le bon moment pour entrer dans son église intérieure et se tourner à nouveau vers sa mère du Ciel, invoquant son secours bienveillant ? Dire chaque jour l’Angélus, se tourner vers Marie, seul, en couple ou en famille, cela peut être une belle manière de vivre ce temps certes subi, mais auquel on peut choisir de donner du sens.

Il est midi. Je vois l’église ouverte. Il faut entrer.
Mère de Jésus-Christ, je ne viens pas prier.

Je n’ai rien à offrir et rien à demander.
Je viens seulement, Mère, pour vous regarder.

Vous regarder, pleurer de bonheur, savoir cela
Que je suis votre fils et que vous êtes là.

Rien que pour un moment pendant que tout s’arrête.
Midi !
Etre avec vous, Marie, en ce lieu où vous êtes.

Ne rien dire, mais seulement chanter
Parce qu’on a le coeur trop plein,
Comme le merle qui suit son idée
En ces espèces de couplets soudains.

Parce que vous êtes belle, parce que vous êtes immaculée,
La femme dans la Grâce enfin restituée,

La créature dans son honneur premier
Et dans son épanouissement final,
Telle qu’elle est sortie de Dieu au matin
De sa splendeur originale.

Intacte ineffablement parce que vous êtes
La Mère de Jésus-Christ,
Qui est la vérité entre vos bras, et la seule espérance
Et le seul fruit.

Parce que vous êtes la femme,
L’Eden de l’ancienne tendresse oubliée,
Dont le regard trouve le cœur tout à coup et fait jaillir
Les larmes accumulées,

Parce qu’il est midi,
Parce que nous sommes en ce jour d’aujourd’hui,
Parce que vous êtes là pour toujours,
Simplement parce que vous êtes Marie,
Simplement parce que vous existez,

Mère de Jésus-Christ, soyez remerciée !