Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 26 juin |
Saint Anthelme de Chignin
Aleteia logo
Culture
separateurCreated with Sketch.

Manu Dibango, le saxophoniste qui regrettait que l’Occident ne croit plus en rien

WEB2-MANU DIBANGO-Selbymay

Selbymay - Travail personnel I CC BY-SA 4.0

Concert de Manu Dibango au festival Les Escales, Saint-Nazaire, juillet 2019.

Agnès Pinard Legry - publié le 24/03/20

Saxophoniste de légende, Manu Dibango est mort du covid-19 ce mardi 24 mars à l’âge de 86 ans. Géant de la musique africaine, il n’hésitait pas à évoquer sa foi chrétienne autant que sa passion pour la musique.

« Chers parents, chers amis, chers fans, une voix s’élève au lointain… » Dans un court message publié sur les réseaux sociaux mardi 24 mars, la famille de Manu Dibango, saxophoniste et légende de l’afro-jazz, a annoncé le décès du musicien, victime du covid-19. Il est la première personnalité mondiale à mourir du coronavirus.

Auteur d’un des plus grands tubes planétaires de la musique world, Soul Makossa (1972), Manu Dibango était une personnalité chaleureuse qui n’hésitait pas à parler de ce qu’il aimait, la musique, et de sa foi chrétienne. Il le faisait en musique lorsqu’il interprétait Sango Yesu Cristo, un hymne religieux populaire.

Il l’a également fait dans son autobiographie Trois Kilos de café et, d’une manière détonante, dans une interview accordée à Paris Match en 2019. « J’ai toujours été croyant », assurait-t-il. « En Occident, plus personne ne va à l’église. On a tué Jésus une seconde fois. On ne croit plus en rien. La spiritualité qui a permis aux peuples chrétiens de bâtir des cathédrales n’est plus là. A la place, il y a Bouygues ! Tu peux tout acheter, et quand tu as tout acheté, tu veux encore ».

Tags:
CoviddécèsJazz
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement